vendredi 23 juin 2017

Amies à vie de Pierre Bottero


Éditeur : Flammarion Jeunesse
Parution : 24 mai 2017 (pour cette réédition)
Pages : 144
Prix : 7€

Synopsis :

Brune a treize ans et partage tout son temps entre le collège et les copines. Pourtant, il lui manque une véritable amie. Celle à qui l'on raconte ses joies et ses peines. Un jour, Sonia arrive en classe. Brune comprend tout de suite qu'elle sera cette amie dont elle rêve. Mais Sonia cache un lourd secret. Brune décide d'aider son amie...pour la vie!

Mon avis :

Tout d'abord merci à ma meilleure amie pour m'avoir offert les deux romans de Pierre Bottero dont les chroniques sont maintenant disponibles sur le blog. Malgré le fait que j'ai posté la chronique de Le garçon qui voulait courir vite, c'est par Amies à vie que j'ai commencé.

Dans ce roman, on découvre Brune, une adolescente ordinaire. Elle vit dans une jolie maison avec sa petite sœur et ses parents tout deux enseignants. Tout se passe plutôt bien pour elle, elle a des amies fidèles, de bonnes notes à l'école sans avoir à se forcer et ses seules préoccupations sont celles liées à son âge. Un beau jour, elle décide d'adresser la parole à Sonia, une élève à l'opposé d'elle-même. Les deux jeunes filles vont très vite se lier d'amitié. Une amitié fiable, authentique et très touchante.
Cependant, Sonia est assez mystérieuse sur sa vie prive et ne souhaite pas expliquer pourquoi elle est si souvent absente. Quel secret garde t-elle si précieusement? Pourquoi a-t-elle fait le choix de toujours rester éloignée des autres élèves? Pourquoi a-t-elle tellement de mal à s'ouvrir aux autres?

Brune est une jeune fille banale, souriante, agréable, bonne élève, assez populaire, gentille et bavarde. Une adolescente lambda en fait. Un beau jour, elle adresse pour la première fois, la parole à Sonia, une élève assez réservée qui ne cherche pas particulièrement à se faire des amis. Ses professeurs et amis lui déconseillent de la fréquenter. Pour eux, elle fait partie de la catégorie cancre et vaut mieux éviter de fréquenter ce genre de personnes qui peuvent avoir une très mauvaise influence sur les bons élèves. Sa rencontre avec Sonia va chambouler ses petites habitudes. Elle va découvrir une véritable amie, une confidente et une fille formidable. Au fur et à mesure que les deux jeunes filles se découvrent et se confient, Brune évolue. Elle devient plus mature, elle apprend à prendre sur soi, à être un véritable soutien pour son amie, elle fait ses devoirs sans qu'on l'oblige à les faire, elle est plus gentille avec sa sœur, elle est prête à tout pour ceux qu'elle aime, tout simplement, elle grandit. C'est difficile de vous dresser un portait complet sans révéler l'énorme secret de Sonia.
J'ai beaucoup aimé l'évolution de ce personnage. Elle comprend et appréhende beaucoup de choses en peu de temps, ce qui la rend d'autant plus intéressante et attachante.

Sonia quant à elle, est une adolescente au parcours scolaire chaotique. Elle est régulièrement absente et ses notes s'en ressentent. Depuis son arrivée dans ce nouvel établissement, elle ne cherche ni à se faire remarquer, ni à se lier avec d'autres élèves. Elle est assez renfermée, discrète, calme et parait  triste et vivre dans son propre monde. Son amitié avec Brune va lui permettre de s'ouvrir, de retrouver le sourire, de se confier, de rigoler et avoir des occupations ou préoccupations de son âge. Elle cache un secret lourd de conséquences et qui l'empêche de vivre pleinement sa vie d’adolescente ordinaire. Je dois avouer qu'à sa place, je ne sais pas si j'aurais trouvé le courage ou l'envie nécessaire dans ce cas là. Elle a une volonté de fer et les rares font où elle se sentira découragée, Brune sera là pour l'aider. Je dois dire que je suis admirative de ce personnage. Sonia m'a profondément touché et ce genre de choses ne devrait déjà pas se produire chez une personne adulte, mais chez un enfant c'est pire que tout. Sonia est intelligente, mature, émouvante, battante, formidable et juste adorable.

Le troisième personnage dont je souhaite parler ici est la grand-mère de Brune. C'est une femme gentille, douce, attentive, compréhensive, bienveillante, de bons conseils et quelque peu excentrique sur les bords. Brune parle souvent d'elle avec tendresse et humour. Elle dit souvent de sa grand-mère qu'elle est une sorcière, car celle-ci prédit toujours ce qui vas se passer, avec parfois plusieurs jours d'avance sur les événements en question. Le pire, c'est qu'elle vise toujours en plein dans le mille.
Lorsque ce sera au tour de Brune d'avoir une baisse de moral, elle sait qu'elle pourra compter sur sa grand-mère pour lui redonner les forces nécessaires. C'est une mamie presque parfaite que beaucoup de personnes aimerait avoir. Elle apporte beaucoup de douceur et de réconfort dans ce récit poignant.

Je suis conquise par la manière qu'avait Pierre Bottero de nous conter ses histoires. Il avait cette façon de parler de thématiques fortes, difficiles, poignantes de manière simple et adaptée à un lectorat assez jeune. Des sujets sensibles et particulièrement délicat à aborder avec les enfants ou adolescents. Des thèmes sur lequel on a du mal à parler, à expliquer et faire comprendre les tenants et aboutissants. En lisant ses romans, on a pourtant l'impression qu'il est aisé de parler de pratiquement tout pour peu qu'on emploi le bon vocabulaire. La plume est simple, efficace et fluide.
Je suis sous le charme de cette réédition qui permis de redonner vie aux romans uniques de Pierre Bottero. Une décennie plus tard, ce sont des thèmes qui nous parlent toujours. Il y a en tout 5 titres disponibles et je peux vous dire que je ne vais pas me faire prier pour découvrir les 3 restants. Si ils sont tous comme ceux déjà lus, je n'ai pas fini d'être émue à la lecture.
Si vous ne connaissez toujours pas ces histoires, je ne peux que vous recommandez de les découvrir à votre tour. 

En résumé, une histoire belle et poignante encore une fois. La thématique abordée dans ce roman est forte, délicate, dure à encaisser et pourtant il y flotte toujours une note positive, une note d'espoir.
Les personnages sont une fois de plus attendrissants et j'ai adoré les rencontrer et les suivre. La plume de Pierre Bottero est toujours aussi fluide, plaisante et prenante. Un livre que je conseille à tout lecteur, peu importe son âge!


Extraits :

"Moi, en tout cas, j'ai parfois envie de respirer. C'est un peu difficile à expliquer, je suis bien avec mes copines, j'ai besoin d'elles, mais je sens que ce n'est pas parfait. J'aimerais avoir quelqu'un de plus proche, quelqu'un qui me comprenne parfaitement et que je connaisse comme le fond de ma poche. Façon de parler bien entendu, parce que le fond de mes poches me réserve souvent des surprises et des coups de colère de ma mère quand elle sort mon linge de la machine à laver avec des débris de bonbons, des vestiges de papiers ou des restes d'objets bizarres.
Bon, je m'égare, j'adore mes copines mais je crois que j'aimerais me trouver une véritable amie, une amie comme on en voit dans les romans et je suis sûre qu'un jour je mettrais la main dessus."

"Maman a alors entrepris de me rassurer. C'est un travail pour lequel elle n'est merveilleusement pas douée. Ma mère est fondamentalement incapable de dire un mensonge, même un tout petit. Ça a de solides avantages. Avec elle on sait où on va, et quand elle dit quelque chose, on sait qu'à part circonstance exceptionnelle  du genre tremblements de terre ou pluies de météorites, la chose est acquise. Ça a aussi quelques menus inconvénients. Impossible de compter sur elle pour faire une blague ou monter un plan secret, on est sûr à l'avance que ça va foirer, et d'ailleurs elle se connaît et refuse de rentrer dans nos manigances. Mais le pire, c'est quand elle essaie de se forcer et qu'elle tente de dissimuler la vérité."

"Ce qui est sûre, c'est que j'avais besoin d'elle. Je crois qu'aussi bons puissent être des parents, des grands-parents offrent un type de relation qu'ils sont les seuls à pouvoir proposer. Je savais que ma grand-mère serait la seule à pouvoir m'apaiser et me répondre.
Quand je suis arrivée, elle m'attendait dans la cuisine, une série de livres ouverts devant elle sur la table, une tasse de chocolat fumant à la place qui m'attendait. Je n'ai pas été surprise, ce n'était pas la première fois qu'elle savait que j'allais venir sans que je la prévienne."


jeudi 22 juin 2017

Le monde du milieu de Lisa Angelini


Éditeur : Sharon Kena
Parution : 14 février 2017
Pages : 200
Prix : 12€ (version papier) - 6€49 (ebook)

Synopsis :

Eleanor a 18 ans. Depuis la mort de ses parents, elle vit à Brighton, chez son oncle. Taciturne et désinvolte, la jeune fille a le goût du risque et se plaît à braver les interdits, accompagnée de sa meilleure amie Rosalinda.

Lors d'une soirée qui tourne mal, Eleanor perd connaissance. A son réveil, une rencontre étonnante l'attend : un jeune homme nommé Domenic qu'elle est la seule à voir et qui prétend être son ange gardien...

Mais l'habit ne fais pas toujours le moine... Même si Dom a le physique de l'emploi, qui est-il réellement et quel est donc ce "Monde du milieu" auquel il affirme appartenir?

Mon avis :

J'ai découvert Lisa avec sa saga L'énigme 2+0=3 écrite à 4 mains avec Rachel Berthelot. Vous savez cette saga dont je vous rabâche les oreilles et qu'il faut absolument découvrir si ce n'est pas déjà fait.
C'est donc tout naturellement, quand j'ai eu vent de la sortie d'un nouveau roman de cette auteure et en solo cette fois, que je me suis dit qu'il fallait absolument que je le découvre.

Dans ce livre, on va rencontrer Eleanor, une jeune femme de 18 ans. Elle a perdu ses parents et depuis, elle vit avec son oncle. C'est un homme seul, il n'a ni femme ni enfants et a recueilli sa nièce sans vraiment savoir où il mettrait les pieds. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle lui donne du fil à retordre. Eleanor est une jeune femme qui profite de la vie au maximum et cela passe également par l'alcool, par fumer et encore bien d'autres choses. Un soir, elle profite un peu trop de sa soirée et se retrouve à l'hôpital pour un coma éthylique. A son réveil, elle fait la connaissance de Domenic, un jeune homme dont elle ne sait rien si ce n'est qu'il est plutôt beau gosse, que personne d'autre qu'elle ne le voit et qu'en plus il dit appartenir au "Monde du milieu". 
La jeune femme se pose des questions. A t-elle vraiment abusé de l'alcool au point d'avoir des hallucinations? Devient-elle complètement dingue? Ou existe-t-il une explication rationnelle à tout ceci?
Si vous voulez le savoir, il vous faudra lire ce roman!

Eleanor est une jeune femme qui mort la vie à pleines dents. Depuis le décès de ses parents et l'emménagement chez son oncle, elle fait tout ce qui lui passe par la tête, sans forcément toujours penser aux conséquences de ses actes. Elle a un caractère bien trempé et une langue bien pendue, souvent trop d'ailleurs... Ce n'est pas le genre de femme à se laisser faire, mais plutôt à rentrer dans le tas sans la moindre délicatesse. Elle a beaucoup d'humour et le sens de l'autodérision, ce que j'ai particulièrement adoré. Sa rencontre avec Dom va bouleverser son quotidien et sa vie de manière générale, même si elle ne s'en rend pas compte tout de suite. Grâce à lui, elle va découvrir de nouveaux horizons et également apprendre des choses sur sa propre famille avec laquelle elle est assez distante et froide sans que l'on sache vraiment pourquoi.
J'adore ce personnage et même si elle est parfois une vrai tête à claques, on ne peut que s'attacher à elle. Elle est attachiante (oui ce mot n'existe pas vraiment, mais à force qu'on me le dise, il est rentré dans mon vocabulaire). J'aime ce style de personnage complètement décalé et un peu dingue sur les bords. Avec Eleanor, on a jamais le temps de s'ennuyer et on va de surprises en surprises!

Domenic dit Dom, est un jeune homme au physique plutôt avantageux (même si je suis pas fan des blonds, il faut bien le reconnaître). Il est gentil, calme, délicat... en gros, l'exact opposé de notre héroïne. Mais ce n'est pas pour autant qu'il se laissera marcher sur les pieds et qui plus est, par une enquiquineuse de premier ordre. C'est un personnage assez mystérieux et intriguant, qui se dévoile au lecteur petit à petit. Il ne sait pas vraiment ce qui lui est arrivé, mais ressent le besoin de protéger  et veiller sur Eleanor. Leur rencontre plus qu'étonnante nous procure des répliques bien senties, des joutes verbales à mourir de rire, de la tendresse, des confidences et nous pousse à enchaîner les pages pour connaître le fin mot de l'histoire. Je dois dire qu'à une ou deux reprises, Dom m'a fait très peur.
Comme pour Charlie, le personnage de L'énigme 2+0=3, je n'ai eu aucun problème à lui faire confiance et à m'attacher à lui. Ce personnage ne cesse de nous surprendre et j'adore cela. Je suis contente de l'avoir rencontrer et en redemande.

George, l'oncle de Eleanor est un homme célibataire. Il vit dans une maison sans femme ni enfant et a accepter sans rechigner d'accueillir sa nièce. Mais aurait-il fait le même choix en sachant ce qu'il l'attendait?  Tous les deux se parlent assez peu finalement et la maison étant relativement grande n'aide pas à la communication. Néanmoins, il s'inquiète énormément pour la jeune femme, que ce soit pour son alimentation, sa consommation d'alcool et de cigarettes, ses fréquentations et j'en passe. C'est un homme bon, gentil, généreux, inquiet, attentionné (même si il agit discrètement), calme et surtout pourvu d'une patience en or. A sa place, j'aurais déjà tenter de calmer Eleanor une bonne fois pour toute. Il la laisse vivre ses propres expériences mais en ayant toujours un œil sur ce qui se trame. Lorsque cela lui déplaît, il ne part pas dans un conflit sans fin mais tente de la raisonner gentiment et posément (bon ok, ça ne marche pas vraiment, mais au moins il essaye). Le comportement de sa nièce vis-à-vis de lui m'a parfois fait mal au cœur et je croisais les doigts pour que leur relation s'améliore au fil du temps. C'est un personnage sur lequel on ne sait finalement pas tant de choses que ça, cependant, j'ai eu de l'empathie pour lui.

Lisa Angelini est sans conteste une auteure à découvrir et à suivre. Sa plume est fluide, addictive et bourrée d'humour. J'adore cette femme qui ne cesse de me faire rire à travers ses personnages. On peut dire que les auteures de L'énigme se sont bien trouvées. J'ai découvert ce livre en partant confiante et j'avais raison. Son intrigue est plaisante, originale et bien menée. J'ai aimé ce monde du milieu, mais aussi ce qui en découle et qui est tapi dans l'ombre. Ses personnages sont attachants et drôles, parfois volontairement, parfois à leur dépens. Ils nous font vivre tout un tas d'émotions allant du rire aux larmes, de la joie à la frustration, de la sérénité à l'angoisse, etc... De plus, j'ai vraiment apprécié la conclusion de cette histoire. Si je ne devais pointer qu'un seul petit point négatif ce serait le fait qu'il me manque la réponse à 1 ou 2 questions secondaires. Et oui, je suis chiante, j'aime avoir les réponses à tout. Par contre, je tiens une fois encore à souligner le sadisme de l'auteure. Décidément je vais finir par croire qu'elle aime torturer son lectorat. 

Lisa je sais que tu vas passer par là donc prend note de mon message : NON mais ça va pas de nous faire un coup pareil?!? Mon cœur a explosé en mille morceaux par ta faute. Tu es horrible avec tes personnages et ton lectorat. Déjà Charlie et maintenant tu remets ça?

J'ai beaucoup aimé également les références à d'autres livres que Lisa dissémine dans son récit. Je pense notamment à Charlie ou au titre d'un certain roman.
Pour ma part une chose est sure, je ne lâcherais pas cette auteure en cours de route et attend impatiemment la sortie de son prochain livre en espérant ne pas l'attendre trop longtemps.

En résumé, un one shot qui m'aura fait passer un excellent moment de lecture. Une intrigue originale et bien ficelée, des personnages attachants et barrés qui ne manquent ni d'humour, ni de répartie pour mon plus grand bonheur. Et le tout avec une plume aérienne, plaisante et addictive à souhait.



Extraits :

"Je raccrochai, un sourire aux lèvres. Je considérais Rosalinda comme ma sœur. Avec elle, les fous rires et les disputes s'enchaînaient sans succession logique. On s'entendait au compte-goutte, et, j'avais souvent envie de lui mettre des claques, mais il n'y avait qu'elle qui me comprenait sur certaines choses. Nous nous connaissions depuis la Sixième, et c'était en partie à cause d'elle qu'après la mort de Papa, j'avais voulu vivre avec mon oncle George, qui habitait lui aussi à Brighton. Ainsi, je n'avais pas eu à changer d'école ou à me séparer de mes amis."

"Je me demandais à quelle scène de ma vie il avait dû assister pour la première fois. Je me repassai mentalement les moments les plus embarrassants de mon existence, légèrement inquiète. Genre, chez Rose en train de vomir après avoir avalé des litres d'alcool? Ou encore chez moi à chialer à cause d'une chanson que je n'admettrais jamais avoir écouté de mon plein gré? J'attendais sa réponse en me rassérénant. Si ça se trouve, il était arrivé pendant que je dormais. Il m'avait peut-être même trouvée mignonne. On peut rêver. Enfin, même si c'était le cas, ça n'avait sans doute pas duré longtemps!"

"J'entendis des rires éclater dans la salle à manger. Cela faisait bien dix minutes que j'étais partie. Soit ils n'avaient pas remarqué ma disparition, soit ils s'imaginaient que je coulais le bronze du siècle. Je n'aurais jamais pensé dire ça un jour mais : espérons que ce soit la deuxième. Au moins, ils me laisseraient tranquille encore un moment."





Le garçon qui voulait courir vite de Pierre Bottero


Éditeur : Flammarion Jeunesse
Parution : 24 mai 2017 (pour cette édition)
Pages : 168
Prix : 7€

Synopsis :

Debout derrière la grille de l'école, Agathe regarde son frère, Jules ne dit rien, il semble perdu. Depuis l'accident de voiture de leur père cet été, Jules ne parle presque plus et court de moins en moins bien... comme s'il avait perdu l'usage de ses jambes. Qui rendra à Jules sa joie de vivre?

Mon avis :

Cela fait plusieurs années que je souhaite découvrir les romans dit one-shot de Pierre Bottero. Quand j'ai vu que Flammarion Jeunesse les réédités, j'étais aux anges et me suis dit que c'était l'occasion ou jamais. De plus, ma meilleure amie vient de m'en offrir 2 d'un coup sur les 5 de cette collection.

Dans ce livre on va suivre Agathe, une collégienne et Jules, son petit frère. Ils vivent seuls avec leur mère depuis le drame qui s'est déroulé pendant l'été. Si Agathe est forte et continue d'avancer jour après jour malgré ce qui s'est passé, ce n'est pas la même histoire pour Jules. Le petit garçon ne parle pratiquement plus et se contente d'une seule question. Sinon ses lèvres restent scellés et son entourage doit apprendre à décrypter ses gestes pour communiquer avec lui. Il a une passion pour la course, mais lorsqu'il essaye de courir, ses jambes ne suivent plus.
On va suivre leur quotidien, leurs difficultés diverses et variées, comment leur vie a basculer du jour au lendemain, mais aussi la remontée de l'espoir et du bonheur.

Agathe est une adolescente. Elle est au collège et a des amis avec qui elle évite le sujet délicat de l'accident de son père. Suite à cela, Agathe et Jules sont suivis par un professionnel qui tente de les faire extérioriser tout ce qu'ils traversent, mais est-il vraiment compétent? Comme si le drame dont sa famille a été victime ne suffisait pas, Julien un élève de son collège se met à les harceler elle et son petit frère. 
Notre héroïne est gentille, serviable, elle s'occupe très bien de son petit frère et fait tout pour qu'il retrouve la notion du bonheur au quotidien, elle est calme, douce, courageuse et tellement attachante. On ne peut qu'être touchée par ce qu'elle traverse et on croise les doigts pour que les choses s'arrangent pour eux.

Jules est un petit garçon qui a vécu un traumatisme. Depuis, même si il en est "médicalement" capable, il ne parle pratiquement plus et lorsqu'il essaye de courir, ses jambes ne suivent plus le mouvement et lui donne un air de pantin désarticulé. Cela lui vaut des moqueries, un surnom et de la méchanceté gratuite. Vu son jeune âge, j'étais limite choquée d'assister à des propos aussi réducteurs et virulents le concernant. Je n'avais qu'une envie, le prendre dans mes bras pour lui faire un câlin et le rassurer. Ce petit garçon est passionné par la course à pied, gentil, intéressant et tellement attendrissant,. J'ai aimé le suivre et découvrir au fur et à mesure son évolution et ses éventuels progrès.

Viens ensuite Thomas, un garçon qui est dans le même collège qu'Agathe. Ces deux jeunes gens vont très vite se découvrir une affinité commune pour Le seigneur des anneaux de Tolkien et devenir amis. Thomas est l'ami rêvé. Toujours à l'écoute, toujours prêt à remonter le moral, à vous changer les idées, drôle, attentionné, courageux même si parfois irréfléchi, toujours là pour vous défendre et c'est un adolescent agréable au quotidien. La vie n'est pas non plus hyper facile pour lui, mais il ne se concentre pas dessus et vis sa vie au jour le jour en profitant des choses au maximum. Son personnage apporte de la légèreté au récit et un point d'ancrage pour les autres personnages, ce qui je dois le reconnaître est fort appréciable. De plus, pour une fois que c'est un garçon et pas une fille qui tient ce rôle, ça a fini par me convaincre totalement.

Ce n'est pas la première fois que je lis Pierre Bottero et pourtant c'est la première fois que je lis un roman jusqu'au bout. L'automne dernier, j'ai commencé La quête d'Ewilan, mais arrivé à la moitié je n'étais toujours pas entrer dans l'histoire et j'ai préféré le mettre de côté. Je pense que ce n'était pas le bon moment pour lire cette série et je la reprendrais plus tard.
Du coup, je ne savais pas trop à quoi m'attendre et je dois dire que je suis ressortie complètement convaincue par ma lecture. L'auteur nous offre des récits courts avec des thématiques difficiles à appréhender avec un lectorat assez jeune. Pourtant, il le fait avec brio! 
Il nous embarque en un rien de temps dans son histoire, dans la vie de ses personnages au quotidien, après un tel drame sans rendre le récit larmoyant ou désespérant. Sa plume est fluide, légère, simple à comprendre, efficace et prenante. Il a une telle façon de nous raconter son histoire qu'on ne peut pas y rester hermétique. Il ne s'encombre pas de détails insignifiants qui pourraient alourdir de façon conséquente le récit. Cependant, il nous livre tout ce dont on a besoin pour comprendre l'essentiel. On ne se sent ni perdu ni lésé. De plus, cette histoire fait réfléchir sur les choses essentielles de la vie, sur la reconstruction de soi après avoir vécu une terrible épreuve, sur ce qui nous rend tout simplement heureux, et 15 ans après sa première publication, le sujet du harcèlement scolaire est tristement toujours d'actualité. Je pense que c'est un livre qu'il faut mettre dans les mains d'un plus grand nombre d'enfants ou d'adolescents. Un livre qui leur fera prendre conscience qu'on ne devient pas quelqu'un de grand et de fort en écrasant les plus petits ou les plus faibles, que laisser faire, fais de nous quelqu'un qui ne vaut guère mieux, que chacun à sa place et qu'il peut y avoir du bon à apprendre à tolérer et accepter la différence telle qu'elle soit ou tout simplement faire passer au lecteur un bon moment de lecture. Ce genre d'ouvrage peut permettre une prise de conscience que ce soit dans un cas comme dans l'autre et peut-être qu'ainsi les enfants victimes de harcèlement scolaire comprendront qu'il faut parler pour améliorer les choses et que ce qu'ils vivent est non seulement anormal, mais également punissable. Même si ce récit n'est pas forcément joyeux de par les thématiques abordées, j'ai passé un excellent moment de lecture et l'espoir trouve toujours sa place même lorsqu'on ne l'attend plus. J'aurais adoré me plonger dans ce genre d'ouvrages lorsque j'étais moi-même enfant et adolescente. Et même si je suis plus le premier public visé, merci à Flammarion pour avoir redonner une seconde jeunesse à ces écrits!

En résumé, un roman que j'ai adoré découvrir qui aborde les thèmes de la perte d'un être cher, de la reconstruction de soi-même, de la culpabilité quant au fait de reprendre une vie normale et du harcèlement scolaire. En gros, un livre qui fait réfléchir sans qu'on s'en aperçoive. Des personnages intéressants, captivants et attachants qui nous feront vivre tout un tas d'émotions et une plume très plaisante à lire.


Extraits :

"J'ai rangé soigneusement ma peine dans le vide que la mort de papa a créé dans mon ventre. Je sens intimement que ce vide, pourtant inconnu des médecins, est important. Un jour, lorsqu'il aura cessé d'être douloureux, il sera une force, j'en suis sûre. Il me faut entretenir ce coin secret, ne pas le laisser disparaître lui aussi, ne pas oublier, ne même pas envisager d'oublier. Mais bon sang, que ça fait mal!"

"Après l'accident, Jules a arrêté de parler. D'abord les docteurs ont pensé que ce pouvait être dû au choc physique. En effet, il avait été éjecté de la voiture avant qu'elle ne percute l'arbre, et il se pouvait qu'il ait été victime d'un traumatisme crânien.
Comme les radios n'ont rien montré, les psychologues ont pris le relais.
Choc affectif en voyant brûler l'auto qui contenait mon père!"

"- Je ne sais pas, mais j'ai surtout pas envie que tu me révèles la suite. Je veux déguster le livre en entier et complètement. D'accord?
- Je ne t'aurais rien dit de toute façon, a souri Thomas, je ne supporte pas qu'on me dévoile la fin d'un bouquin. Je ne vais pas m'y mettre moi aussi.

Nous avons ensuite discuté de choses et d'autres et lorsque la sonnerie a retenti, j'ai soudain pris conscience que j'avais passé la récréation entière à parler avec Thomas."

mardi 20 juin 2017

Top Ten Personnel du 20 juin 2017




Cette semaine, le Top Ten Tuesday consiste à présenter nos 10 livres québécois préférés lu ou qu'on souhaiterait lire. Sauf que je n'en connais pas ou ne le sais pas donc voila.

Cette semaine, j'ai décidé de partager avec vous, les 10 genres, sous-genres littéraires ou appelez ça comme vous voudrez, que je préfère, même si vous devez en connaître certains. Pour une fois, ce classement sera par ordre de préférence.

10- Les BD ou mangas, que je lis assez peu au final, car je trouve cela assez cher par rapport au temps de lecture. J'essaye d'en emprunter à la médiathèque mais on a vite fait le tour.

9- Le contemporain que j'apprécie lire de temps en temps mais dont je ne pourrais pas lire que ça.

8- La romance paranormale. J'apprécie la romance et lorsque le fantastique s'en même c'est encore mieux.

7- La romance M/M ou F/F ou M/F (je suis pas difficile). Et quand je dis romance, je ne parle pas de romance érotique avec un vocabulaire cru ou vulgaire. Soit elles sont softs, soit il n'y pas de scène de fesses.

6- Les réécritures de contes que j'ai découvert tardivement mais que j'adore. J'ai toujours aimé les contes et même si les réécritures ne me plaisent pas toutes, j'ai fais de très belles découvertes et c'est toujours avec plaisir que je me plonge dans un tel récit.

5- Les contes. Comme dit juste au-dessus c'est un genre que j'affectionne tout particulièrement. J'aime retrouver cette sensation de mon enfance, en compagnie de mon papa qui me les racontait et découvrir à chaque fois la morale du dit-conte. Bon j'avoue que l'histoire "originale" de Cendrillon m'a assez choquée enfant.

4- Le YA ou Young Adult qui permet d'aborder pas mal de thématiques intéressantes et variées. Il y assez peu de limite au final et on est assuré de ne pas avoir droit à des scènes de fesses. L'inconvénient c'est qu'il y a souvent de la romance et des triangles amoureux. Mais bon chaque catégorie à ses points forts et ses points faibles.

3- La littérature jeunesse, probablement car j'aime me replonger dans ces récits qui me rappelle les folles aventures que j'ai pu vivre étant enfant au travers des livres. Ces sont souvent des histoires pleines d'aventures, de magie, d'amitié et de bons sentiments.

2- La dystopie que j'ai découvert tardivement en roman, encore une fois, avec la duologie The book of Ivy. Même si j'ai vu Hunger Games avant, je ne l'avais pas encore lu. Je n'ai donc pas découvert ce genre avec HG, Divergent ou La 5ème vague comme pour la plupart des lecteurs (même si depuis je les ai lus).

1- Et le premier genre que j'adore au plus au point est LE FANTASTIQUE.
Oui je sais bien que personne ne sera surpris par cette révélation lol. 
Pour ma part, cela a commencé bien avant Harry Potter (dont le premier tome n'a vu le jour que bien des années plus tard), mais avec des livres pour enfants que j’empruntais à la bibliothèque de ma ville. Toutefois, je suis incapable de vous citer le premier livre lu dans cette catégorie.
Lorsque j'ai découvert le fantastique, j'en suis tombée amoureuse, ce fut un vrai coup de foudre qui perdure plus de 20 vingt plus tard et dont je ne me lasse toujours pas. Il y a de tout dans cette catégorie qui me permet de ne jamais me lasser. Entre la magie, les pouvoirs surnaturels et les créatures il y a de quoi faire et nous en mettre plein les yeux.

Et vous, quel serait votre Top 10?


lundi 19 juin 2017

Lebenstunnel, tome 2 : Chaos d'Oxanna Hope


Éditeur : Rebelle
Parution : 15 juin 2017
Pages : 300
Prix : 14€ (papier) - 4€99 (numérique)

Synopsis :

A présent, Krista a perdu ses alliés et ses repères. Elle est seule. Seule dans un univers qui est le sien et dont elle ne veut pourtant plus. Un pied dans chaque camp, elle ne sait plus qui elle est ni où elle doit aller pour découvrir la véritable personne qui se cache en elle. Une seule solution s'offre à elle désormais : quitter Germania. Mais que se trouve-t-il au-delà des limites de la ville? Le monde entier est-il sous l'égide du régime eugéniste dont elle est un pur produit?

Je remercie l'auteure pour ce partenariat.

Mon avis :

Dans ce second tome on reprend au moment où s'arrête le premier. On retrouve Krista qui est seule depuis qu’Élias et ses acolytes sont partis, sans elle. La jeune femme est désemparée et ne sait plus ce qu'elle doit faire. Essayer de tracer sa route seule ou tenter de retrouver Élias coûte que coûte pour lui expliquer qui elle est vraiment? Justement, qui est-elle? Est-elle cette jeune femme de pur race dévouée à son peuple ou celle qui est révoltée et ne supporte plus les horreurs commises par celui-ci pendant des siècles?
Elle prendra la décision de quitter le bâtiment qui lui rappelle de mauvais souvenirs et de sortir à l'air libre. Elle tombera alors sur Eden et tentera par tous les moyens de quitter Germania en sa compagnie. Son but : sauver cette petite fille qui n'a rien demander ou fait de mal et retrouver ses compagnons d'infortune. Mais que trouveront-elles en dehors de Germania? Le danger est-il encore plus présent à l'extérieur? Ou commence la vérité de cette nouvelle ère?
A vous de le découvrir!

Krista est désormais seule au monde, elle ne fait plus partie d'aucun peuple et souffre de ce terrible constat. Elle, qui a encore si peu de temps, vivait une petite vie bien tranquille... Elle est amenée à faire des choix de plus en plus difficile et je n'ai pu que compatir face à sa détresse. Malgré ses doutes et ses faiblesses, elle ne se laissera pas abattre et trouvera toujours le moyen de retomber sur ses pattes. En prenant Eden sous son aile, elle réalisera qu'elle a dorénavant une excellente raison de se battre contre le régime en place. C'est une héroïne attachante, intelligente, maligne et qui a de la ressource dans bien des domaines. Elle fait de plus en plus preuve de répondant et de force de caractère, ce qui n'est pas pour me déplaire, bien au contraire. J'aime les héroïnes fortes et indépendantes, donc je suis servie avec ce personnage. Ce petit côté plus sensible, plus à fleur de peau contraste avec la Krista du premier tome et nous offre un personnage complet et intéressant à suivre. Elle n'a aucune idée de ce que l'avenir lui réserve et ne manquera pas d'être chamboulée comme jamais lorsque sonnera l'heure de vérité. J'aime également beaucoup la tournure de sa relation avec Élias et ses amis. Rien n'est simple pour eux, rien n'est simple entre eux et pourtant, c'est ce qui fait la force et la beauté de cette relation.
Bref, j'adore Krista et j'ai hâte de découvrir comment finira toute cette histoire. Je vais également croiser fortement les doigts pour qu'elle ait droit à son Happy End!

Élias est un jeune homme relativement complexe et intriguant. C'est un homme loyal, brave, courageux, intelligent, déterminé et qui sait ce qu'il veut. Il assume ses responsabilités telles qu'elles soient, même si cela signifie le mettre en danger ou faire reposer sur ses épaules la sécurité et le bien-être de toute une communauté. Jamais il n'abandonnera, jamais il ne tournera le dos aux siens et jamais il se se pliera aux règles imposées par la dictature en place, et ce même pour avoir la vie sauve. C'est un héros comme on les aime. Alors certes, il n'est pas parfait, et on va encore en avoir la preuve ici, mais il compose du mieux qu'il peut avec ce qu'il a. Il a ses forces et ses faiblesses, il peut être doux ou bourru, calme ou volcanique, conciliant ou intransigeant (surtout envers lui-même) et c'est ce qui fait que je l'apprécie tant. Ce n'est pas parce qu'il éprouve des sentiments envers une personne qui lui cède tout.  C'est un personnage crédible et surtout authentique.

Viens ensuite Eden, une jeune fille non aryenne, une impure, une abomination aux yeux de la société. Elle se retrouve seule dans la cohue provoqué par Krista, Élias et ses amis. La jeune fille est perdue, terrifiée et ne sait pas quoi faire. Lorsqu'elle croisera le chemin de Krista tout deviendra évident, elle saisira sa chance et se laissera conduire en toute confiance par cette dernière. Après tout qui mieux qu'elle pourra l'aider à quitter Germania pour retrouver les siens, Eden est une jeune fille attendrissante, gentille, douce, intuitive et adorable. 
Elle apporte un peu de douceur dans ce climat angoissant, sombre et cruel. C'est une battante malgré son jeune âge car, elle a compris que sans ça, elle sera vite perdue et tuée. J'ai eu mal au cœur plus d'une fois en voyant ce qui lui arrive à elle ou aux personnes auxquelles elle tient. Aucun enfant ne devrais avoir à vivre de telles épreuves. A son âge, on devrait vivre d’insouciance, de joies, de rires, de petits plaisirs et de baigné dans l'amour des siens...
J'espère la retrouver dans le troisième tome.

Encore une fois, Oxanne Hope a réussi le pari fou de m'embarquer et me captiver dès les premières lignes de son récit. Sa plume est toujours fluide, délicate et extrêmement plaisante à lire. Délicate, par contre, elle l'est beaucoup moins avec ses personnages. En effet, si le premier tome n'était pas facile pour eux, ce n'était rien ne comparaison de ce qu'elle leur fait subir ici. La cruauté, les manigances et manipulations seront plus diaboliques que jamais. Le danger rôde plus que jamais et le piège se referme dangereusement et fatalement sur eux. Je savais l'auteure sadique, mais à ce point-là... J'avoue que je ne m'attendais clairement pas à ça et cette fin!!! En ayant refermé ce second tome, je l'ai maudite comme jamais. Elle nous avait déjà laissé sans dessus-dessous avec la fin précédente, mais là, elle a battu tous les records. On fini avec le cerveau retourné et le cœur qui explose en mille morceaux. Les révélations et rebondissements de ce second tome sont plus machiavéliques que jamais et même si je meurs d'impatience de lire la conclusion de cette histoire, je ne peux m'empêcher d'être extrêmement inquiète quand à l'avenir de nos héros. Parce que ce qu'il faut savoir c'est qu'il se passe un événement qui nous dévaste une première fois, pour que quelques dizaines de pages plus loin, elle nous achève une bonne fois pour toute. Je ne me suis toujours pas remise de ce changement de cap à 360 et j'hésite encore entre la féliciter pour avoir réussi son coup ou l'engueuler pour nous faire vivre une véritable descente aux enfers. Je ne sais pas d'où lui ai venu cette idée d'uchronie, ni comment il est possible d'avoir une telle imagination, mais ce que je sais en revanche, c'est que son style et ses histoires sont définitivement fait pour moi et me conviennent parfaitement. L'univers est complet sans être complexe, intéressant et original, addictif et tellement bon.

En résumé, un second tome encore meilleur que le premier. Tout s'enchaîne et s'accélère, c'est un véritable page turner et on ne peut qu'être frustrer de ne pas avoir la suite et fin sous la main. Un univers de plus en plus sombre, des complots de plus en plus abjects, des personnages qui se dévoilent de plus en plus et auxquels on ne peut résister. Ce second tome nous fait vivre un véritable ascenseur émotionnel pour ensuite nous plonger dans l'agonie d'une descente en Enfer. Je ne sais pas quoi dire de plus pour vous convaincre de le lire, ce livre est une bombe et il serait dommage de passer à côté!



Extraits :

"Une fois le contrat trouvé, je le plie d'un geste nerveux et le glisse dans ma poche. Je m'empare également d'une torche miniature et d'une paire de lunettes servant à stocker les données informatiques. Je me dis qu'il est possible qu'elle contienne des informations importantes sur moi et sur ce que le gouvernement a caché au peuple depuis si longtemps. Je bouillonne intérieurement de cette envie de savoir, de comprendre aussi quelle est la véritable nature de ma nation. Celle qui m'a construite... puis détruite."

"L'ordre et la sécurité n'existent plus et je découvre les Aryens, mon peuple si discipliné, sous un nouveau jour, comme si notre acte leur avait permis tout à coup de révéler leur côté rebelle. En fait, si en me rendant vers la boutique de Herr Kramen, les piétons étaient rares et d'un calme presque normalisé, plus nous approchons du centre de la ville, plus la population semble être dévorée par la folie de la destruction, la soif d'une certaine liberté, en bravant les lois établies. Ici plus que partout ailleurs, les soldats sont présents et n'hésitent pas à frapper au hasard."

"Sa voix est plus grave tout à coup, plus basse également, et je comprend qu'il lutte pour repousser l'émotion que ces souvenirs doivent évoquer pour lui. Mais il le sait tout aussi bien que moi, un enfant à nettement moins de chances de survie dans des tunnels sombres et froids qu'à la surface de Germania où la technologie et les maladies sont maîtrisées sans problème. Sur ce point, je me dis que j'aurais peut-être opté pour la même solution que cette femme si je m'étais trouvée dans son cas. Mais j'imagine que sa décision n'a pas dû être simple; choisir entre l'homme qu'on aime et la santé de son bébé, ça n'a rien d'aisé."



C'est lundi, que lisez-vous? (58) du 19 juin 2017



Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspiré de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a world of Books. Il est actuellement repris chaque semaine par Galleane.
Comme chaque semaine on répond à 3 petites questions :

1/ Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2/ Que suis-je en train de lire ?

3/ Que vais-je lire ensuite ?

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée?



2/ Que suis-je en train de lire?



3/ Qu'aimerais-je lire ensuite?




Et vous que comptez-vous lire?

dimanche 18 juin 2017

In my mailbox (25) du 18 juin 2017

Lien image : https://unsplash.com/collections/280175/mailboxes


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. C’est Lire ou mourir qui s’occupe de la gestion des In My Mailbox français.


Cette semaine, 7 livres ont rejoint ma PAL. 

On commence par 1 livre reçu pour le comité de lecture et mes 3 cadeaux d'anniversaire!



Inséparables est déjà lu. Quand à Prince des ténèbres, je le commence dès que cet article sera en ligne.


Et on termine avec les 3 livres gratuits de la semaine.
Le premier vient de la boîte aux livres de ma ville et les deux autres sont des livres gratuits reçus pour l'achat de 2 romans.



J'ai également reçu un magnifique cadeau pour mon anniversaire puisque j'ai eu un caméscope numérique et le trépied qui va avec pour pouvoir filmer enfin des vidéos de meilleure qualité visuelle et sonore. Je suis aux anges!!! Merci aux personnes qui ont rendu ce cadeau possible.

Et vous, quelles sont les livres qui ont rejoint votre PAL 

cette semaine?