jeudi 30 juin 2016

Compte-rendu du festival des Imaginales 2016




Les Imaginales c'est LE festival incontournable des lectures de l'imaginaire.
Il a lieu tous les ans, le dernier week-end de mai à Épinal dans les Vosges (88)

Tous les ans, j'entend que ce salon est hors du commun, le meilleur, qu'il est vraiment convivial et qu'il y règne une ambiance extra. Jusqu'à présent, je n'avais pas encore eu la chance de m'y rendre et de constater par moi-même.

Cette année, j'ai enfin pu y aller et ce, en compagnie de ma meilleure amie depuis l'enfance.
Nous sommes arrivés à 8h40 (oui,oui, j'étais persuadé que ça ouvrait à 9h), nous avons donc commencer par faire un tour dans le parc où se tient le festival. Le décor est magnifique, reposant, déstressant et ce fut un pur régal. Ensuite, vu que les chapiteaux étaient déjà ouverts (avec presque 1h d'avance), nous sommes entrées dans La bulle du livre où tous les auteurs sont présents avec leurs romans pour les dédicaces. Nous avons pu nous promener tranquillement jusqu'à 10h (heure d'ouverture officielle). Nous avons flâner aux détours des allées, repérer les lieux de dédicaces des auteurs, admirer de magnifiques tableaux, repérer les stands et les romans présents.
Dès notre entrée, j'ai craqué pour 5 sublimes marques-pages. A 1€/pièce, je ne me suis pas fait prier.



A 10h tapante, j'étais sur le stand des Editions Rebelle pour acheter et faire dédicacer Ubiquity de Lionel Behra et Alsorvampred, tome 2 de Chloé Delalandre. J'étais très heureuse de revoir Lionel et plus qu'enchantée de rencontrer ENFIN en chair et en os, Chloé. Je la connais depuis plusieurs années via les réseaux sociaux, mais surtout via Notre petite bulle, le premier blog littéraire que j'ai découvert, sans jamais avoir eu l'occasion de la rencontrer.
Merci à vous deux pour ce moment passé en votre compagnie!





Non, vous ne rêvez pas, je suis toute petite à leurs côtés^^

Ensuite, je ne me souviens plus de l'ordre dans lequel j'ai rencontré/revu les différents auteurs, mais une chose est sure je me souviens de chaque moment passé avec eux.


 



Cindy, que j'ai adoré pouvoir rencontrer en vrai (chance que je n'avais pas eu au Livre Paris en 2015 à cause du monde qu'il y avait). Et je ne pensais pas, que qu'elle se souviendrait de moi suite à une conversation sur facebook <3.
Cassandra, comme d'habitude, je ne peux pas faire un salon et ne pas aller la voir. C'est mon petit rituel depuis maintenant 3/4 ans et à chaque fois, c'est un vrai bonheur, une bouffée d'oxygène. La première fois que je l'ai rencontré, c'était au Salon du livre de Paris. J'ai été la voir pour me faire dédicacer les exemplaires des tomes 1 et 2 de Malenfer. La file d'attente était énorme et pourtant, elle a pris le temps de discuter avec chacun de nous. Au moment de dédicacer mes livres, quand elle m'a demandé mon prénom, elle s'est souvenu directement de moi et je peux vous dire que c'est toujours très agréable et même déstabilisant de se dire que quelqu'un d'aussi connu se souvient de vous. Au fil des années, au fil des salons, nos conversations durent de plus en plus longtemps (maintenant, je ne me retrouve plus comme un poisson hors de l'eau, incapable de prononcer un seul mot lol).
Agnès Marot, est une auteure que je n'avais jamais rencontré et je suis bien contente que cette année d'avoir remédier à cela.

Si jamais vous passez par là, sachez que j'ai adoré pouvoir parler avec vous. Je vous remercie pour votre gentillesse, votre simplicité et votre sincérité. A bientôt, sur les prochains salons!!!

Entre temps et après ces photos, nous avons continuer les séances de dédicaces, les rencontres avec auteurs et surtout les achats ( bon ok, surtout moi, mais ma meilleure amie est quand même reparti avec plusieurs ouvrages).

Ensuite, j'ai enfin retrouver Justine du blog et de la chaîne Lire-une-passion aux alentours de l'heure du déjeuner.
On a passé la matinée à se chercher sans se trouver. Le pire c'est que nous sommes toutes les deux arrivées avant l'ouverture officielle du salon, et à ce moment là, il n'y avait pas grand monde sous le chapiteau donc, je ne sais pas comment on a pu se louper lol.


La photo a été prise en fin de journée, mais je vous la glisse ici.

Nous avons mangé, discuté, rigolé avec elle pendant un bon moment avant de retourner dans La bulle du livre. Ensuite, nous avons régulièrement passé des moments ensemble sous le chapiteau.
Justine merci pour cette belle journée. J'ai passé un excellent moment en votre compagnie à toutes les deux et j'espère te revoir très vite sur les salons.

Une fois le repas terminé, les dédicaces ont repris de plus belle. Il n'y aura plus beaucoup de photos car, ma meilleure amie qui les prenaient jusque là, à décider de se poser à l'extérieur et de commencer un roman sauf que.... elle n'a jamais réussi à décrocher lol. C'est pas grave, j'aurais l'occasion de revoir les auteurs sur d'autres salons, et d'avoir des photos souvenirs à ce moment là.



Elle a quand même fait quelques réapparitions dans l'après-midi qui m'ont permise d'avoir ces photos.





















Depuis le temps que j'ai rêvé de craquer sur le stand des Editions du Chat Noir et n'ayant pas encore explosé tout mon budget, je suis partie me faire plaisir. Ma meilleure amie m'a offert Elvira Time, saison 1 de Mathieu Guibé.
J'ai eu la chance de pouvoir rencontrer Mathieu Guibé (à gauche, auteur et dirigeant de la ME) et Anthelme Hauchecorne (à droite, auteur de Le carnaval aux corbeaux que je me suis achetée et que j'ai fait dédicacer).

Merci à eux deux pour leur gentillesse et merci à Mathieu Guibé pour sa dédicace, où il me souhaite un bon anniversaire.


J'ai également pris une photo de la fresque réalisée chaque année pendant les 4 jours du festival. Nous y sommes allées le samedi 28 mai, ce qui fait que la fresque était bien avancée.



Le dernier craquage de la journée, je le dois à Olivier Gay et à son roman Les épées de glace, avec qui plus est, une sublime couverture signé Magali Villeneuve. Pareil que pour Cassandra O'Donnell, c'est devenu un rituel pour moi d'aller le voir sur les salons. La Team Rageot est toujours de bonne humeur, toujours en train de déconner et c'est un régal de les (re)voir.



Je tiens également à remercier tous les auteurs rencontrés avec qui je n'ai pas pris de photos : 

Que ce soit les auteurs, les exposants, les libraires ou toute personne travaillant sur ce festival, il ne serait pas ce qu'il est sans eux, donc pour ça, je les en remercie chaleureusement.



Pour finir ce samedi en beauté, nous avons rejoint Magali Villeneuve et son mari Dieu Nalex, pour un repas et une soirée Arpenteurs hors du commun. Une chose est sure, si ces soirées se refont, je serais là!!! 
Si vous passez par là, un énorme merci à vous deux pour tout!!! J'espère à très vite.
Et merci à Aurélie pour l'organisation.



Un gros merci à ma meilleure amie d'avoir partagé ce moment avec moi!!! Toute seule, ce salon n'aurait pas été pareil. 
En tout cas une chose est sure, je compte bien retourner à ce festival de l'imaginaire aussi souvent que je le pourrais. C'est un salon hors du temps et je peux vous assurez que les avis que vous entendez dessus, ne sont pas embellis. Ce salon est tout simplement magique!!!


Pour les achats que j'y ai effectué et les dédicaces, voici le lien.







mercredi 29 juin 2016

Mes acquisitions de juin 2016



Ce mois-ci ce fut la folie!!!
Entre les services presses, mon anniversaire et la #GrosseOP Bragelonne/Milady/Castlemore, j'ai de quoi lire pour un moment.





Je tiens à remercier Juno Publishing France, Elvire De Tomi et Nats Editions pour ces partenariats.




Je tiens à remercier ma moitié, ma sœur, ma mère, mes beaux-parents, mon beau-frère, ma meilleure amie et mes amis pour ces magnifiques cadeaux d'anniversaire. J'ai une fois de plus était gâtée!!!



Niveau achats, j'ai été raisonnable. D'autant plus que ce sont des livres d'occasion qui m'auront coûté 3.50€ les 2.




Et c'est là que les choses se gâtent niveau achats personnels. Bragelonne/Milady/Castlemore ont lancé leur #GrosseOP numérique avec pas moins de 100 ebooks/jour à 0.99€/pièce. Et le tout pendant 5 jours, donc on a de quoi se faire plaisir à tout petit prix!




Merci à Phebusa pour cet envoi. Il me permet de compléter la saga qu'il va falloir que je commence. J'ai reçu les trois premiers tomes à mon anniversaire l'an dernier quand même^^



mardi 28 juin 2016

Le renard de Morlange d'Alain Surget




Éditeur : Nathan - Poche fantastique
Parution: 1995 (première édition)
Pages : 125
Prix : 4.50€

Synopsis :

Violences, humiliations : rien n'arrête le cruel comte de Morlange. Rien? Jusqu'au jour où un vieil ermite lui prédit que, s'il ne change pas sa conduite, il sera transformé en jeune renard les nuits de pleine lune... tout en conservant son esprit humain, et ainsi jusqu'à ce qu'il ait fait pénitence! Si Renaud de Morlange est un fin chasseur, renard a, lui, bien des choses à apprendre pour affronter les dangers de la forêt...

Mon avis :


L'auteur est de ma région et les villes citées dans ce court roman sont aux alentours de là où j'habite. Ce livre n'est pas tout jeune. Quand il est sorti j'avais 10 ans et la bibliothèque municipale où j'allais (et vais toujours) le mettait à notre disposition. C'est donc une relecture. A l'époque, j'avais adoré ce récit et quand je l'ai découvert dans un magasin d'occasion, j'ai eu envie de le relire après toutes ces années.

Dans cette histoire, nous allons suivre Renaud de Morlange, le comte. C'est un homme odieux, cruel, froid et dictateur. Sa propre femme reçoit perpétuellement des ordres et elle est malheureuse. Un jour, lors d'une balade en forêt, le comte rencontre une vieil ermite qui s'est installé illégalement sur son domaine. Le comte entre dans une colère noire et s'en prend au vieil homme. Celui-ci essaye de lui faire entendre raison, mais c'est peine perdue. Il décide donc de lancer une malédiction sur le comte. Chaque nuit de pleine lune, il se transformera en renard tout en gardant sa conscience humaine, seul son corps changera d'aspect. Pour se délivrer, il devra se repentir. Si jamais pendant la nuit, ses vêtements d'homme venaient à disparaître, il ne pourrait pas redevenir un homme à l'aube et serait donc condamné à errer sous sa forme animale.


Renaud de Morlange est un homme qu'on apprend très vite à détester. Il est imbu de sa personne, froid, dictateur, cruel, prend un malin plaisir à détruire tout sur son passage, à humilier les gens qui vivent sur ses terres, etc... Au début, il ne croît pas à la malédiction, jusqu'à ce qu'il ressente les étranges effets de la pleine lune. Une fois renard, il lui faudra plusieurs mois avant qu'il ne commence à comprendre, à changer et à devenir plus humain malgré sa forme animale. Il faudra attendre qu'il perde tout ce à quoi il tenait pour qu'il comprenne ENFIN. Pendant ces mois passés uniquement sous sa forme de renard, il devra faire face à de nombreux danger. Au fur et à mesure, de légers changements s'opèrent. Mais peut-il vraiment changer du tout au tout?

Même si je l'ai vite détesté, certaines épreuves qu'il traversera m'ont touché et j'ai fini par ressentir de la peine à son encontre.

La comtesse Mathilde, sa femme, est de plus en plus malheureuse. Tous ces petits plaisirs lui sont interdit les uns derrière les autres. Le comte attend de sa femme qu'elle se contente de le mettre en valeur devant la société, qu'elle brode, mais surtout qu'elle ne le contredise jamais et laisse de côté tous ces passe temps. Lorsqu'elle découvrira la vérité sur les absences de son mari chaque nuit de pleine lune, celle-ci commettra un acte irréversible pour se libérer de son emprise à tout jamais. On la découvre ensuite, souriante, joyeuse, heureuse et aimante.

Qui pourrait blâmer cette jeune femme qui veut seulement sa part de bonheur? C'est une comtesse déterminée qui en a marre d'être cantonner dans ses appartements, marre de n'être considéré que comme faire-valoir et qui décide de prendre sa vie en main. J'ai apprécié qu'elle saisisse sa chance et arrive à se soustraire à l'emprise de son mari.

L'auteur a une écriture un peu compliqué pour une tranche d'âge 10-12 ans, heureusement qu'il donne les définitions en bas de page pour aider son jeune lectorat. Son écriture est néanmoins assez fluide grâce à ses annotations. c'est un roman qui se lit vite et bien. J'ai grandement apprécié le fait de connaître le nom des villes, de les situer et pour une fois qu'une intrigue se passe par chez moi (même si l'époque n'est pas la même) je ne vais pas m'en plaindre, car rare sont les romans prenant place ici.

L'histoire qu'il nous raconte ici n'est pas très originale car, sur certains aspects, elle ressemble au célèbre conte de La belle et la bête. Etant enfant, je n'avais pas vu les comparaisons entre les deux, mais aujourd'hui, je me rends bien compte.  
L'histoire est sympathique, néanmoins elle n'est pas non plus extraordinaire. Je l'avais pourtant tellement aimé à l'enfance. Je pense tout simplement que le fait d'avoir grandit et d'avoir lu tellement de romans depuis, à changer mon regard dessus.
Je ne le recommanderais peut-être pas à un lectorat adulte, mais à des enfants de 10-12 ans, pourquoi pas.

En résumé, une lecture mitigée. J'ai aimé que l'intrigue se déroule par chez moi et même si je l'ai vraiment adoré étant enfant, aujourd'hui, je trouve que les ressemblances avec un autre conte très célèbre sont trop visibles pour ne pas y penser. Une lecture qui se lit vite et bien, sympa, mais rien d'exceptionnel. Une lecture que je recommanderais plus facilement aux enfants qu'aux adultes.





Extraits :

"Je sais que Robert de Florange vous guette derrière chaque arbrisseau, prêt à vous conter fleurette. Vous resterez dans vos appartements, soumise à vos devoirs de femme comme de filer, tisser ou broder. C'est ainsi que la reine Mathilde passa le tiers de sa vie à tapisser les exploits de son mari."

" Le comte ne souffla mot de sa mésaventure. Il évita de s'enfoncer dans la forêt et négligea d'aller tracasser ses paysans du village de Budange, situé au flanc de la colline de Justemont. En revanche, il reporta sa mauvaise humeur sur les serfs et les vilains de tous les autres bourgs, si bien que, de Ranguevaux à Thionville, on ne parlait plus que de ses regrettables excès. Sa femme, n'osait plus sortir de sa chambre; petit à petit, elle commença à médire de lui avec ses jouvencelles de compagnie."

"Appuyée à sa fenêtre, la comtesse Mathilde l'observait dans la cour : il rudoyait son palefrenier qui ne sellait pas son cheval assez vite,jetait des ordres à ses soldats pour les presser de l'accompagner, tançait son écuyer pour n'avoir apporté qu'un vieil os à rogner. Quand elle les vit s'engager sur le pont-levis, elle retourna à sa tapisserie, songeuse."



Les contes de Beedle Le Barde de J.K Rowling




Éditeur : Folio - Junior
Parution : Novembre 2009
Pages : 124
Prix : 6.20€

Synopsis :

Voici les cinq contes de fées qui bercent l'enfance des jeunes sorciers. Chaque a sa magie particulière qui enchantera les lecteurs et les fera tour à tour rire ou frissonner. 
Les commentaires passionnants et malicieux du professeur Albus Dumbledore qui accompagnent chaque récit seront appréciés des sorciers comme des Moldus. Le professeur y donne de nombreuses clefs et dévoile, par la même occasion, maint détail de la vie à Poudlard.


Mon avis :

Etant une fan inconditionnelle de l'univers Harry Potter (comme de très nombreuses personnes), j'ai eu envie de lire ce court roman pour me replonger dans cet univers.

Vu que le livre est très court et que chaque histoire ne fait que quelques pages, cette chronique sera très différente des autres.

J'ai trouvé sympathique et original d'avoir une introduction dans ce roman, puis une nouvelle et enfin le commentaire de Dumbledore pour chacune des 5 histoires.

Les nouvelles étant très courtes, je ne vais pas vous donner un résumé pour chacune d'elles sinon, vous n'auriez plus de surprise.

Pour les personnages, nous les découvrons uniquement en surface et de ce fait, il m'a été impossible de m'attacher à eux ou d'éprouver quelconque sentiment à leur égard.

Je pensais bien que j'allais adoré me replonger dans l'univers créer par J.K Rowling et y retrouver sa plume pleine de magie.
Malheureusement, cette lecture a été une grosse déception.

Non seulement, je n'ai pas retrouver la plume de l'auteure que j'avais tant apprécier dans la saga, mais je n'ai pas non plus eu l'impression de me replonger dans cet univers synonyme d'émerveillement pour moi. 
Les commentaires de Dumbledore que je trouvais intéressant, sympa et original avant lecture ce sont révéler décevant pendant.
Les nouvelles sont souvent plus courtes ou égales aux commentaires en eux-mêmes et, malheureusement ils cassent la dynamique de ce recueil et alourdissent énormément la lecture. De plus, je m'attendais à autre chose, je n'ai pas été convaincu par leur pertinence à se trouver là, ils ne m'ont rien apporter de plus et j'avais hâte d'en terminer avec cette lecture.
Un livre que je suis contente d'avoir trouvé d'occasion au vu de mon ressenti.

Les nouvelles quand à elles sont sympathiques, mais n'ont rien de transcendant. La seule chose qui m'est vraiment séduite ici, ce sont les morales à la fin de chaque histoire. Pour moi, c'est la référence inconditionnelle pour un conte.

En résumé, une lecture décevante qui ne m'aura permis ni de retrouver la plume de l'auteure, ni de replonger dans la magnifique univers qu'elle a su créer. Des nouvelles sympathiques mais sans plus, dont les commentaires à la fin ont alourdit le texte et rendu ma lecture pénible. Le seul point positif, les morales de fin d'histoire qui nous démontrent que les contes pour sorciers ou Moldus ne sont au final pas si différent.

Une lecture que je ne recommanderai pas forcément, à moins que vous ne soyez un ou une fan absolu de Harry Potter et que vous vouliez tenter votre chance avec ce roman.



Extraits :

"Lorsque son mère mourut, le fils trouva, caché à l'intérieur de la vieille  marmite, un petit paquet sur lequel était inscrit son nom. Il l'ouvrit, espérant y découvrir de l'or, mais il ne contenait qu'une pantoufle, douce et épaisse, beaucoup trop petite pour qu'il puisse la porter. Il n'y avait même pas la paire. Glissé dans la pantoufle, un fragment de parchemin portait ces mots : "Avec l'espoir le plus cher, mon fils, que tu n'en n'auras jamais besoin". "

"Le charlatan demanda au monarque de lui donner un grand sac d'or afin qu'il puisse acheter des baguettes magiques et d'autres objets nécessaires à la pratique de son art. Il exigea également plusieurs gros rubis, qui devaient servir à des sortilèges de Guérison, et une ou deux coupes d'argent pour u conserver et y faire infuser des potions. Le roi stupide lui fournit tout ça."

"C'était la Mort et elle leur parla. Elle était furieuse d'avoir été privée de trois victimes car, d'habitude, les voyageurs se noyaient dans la rivière. Mais elle était rusée. Elle fit semblant de féliciter les trois frères pour leurs talents de magiciens et leur annonça que chacun d'entre eux avait droit à une récompense pour s'être montré si habile à lui échapper."





Top Ten Tuesday du 28 juin 2016



source de l'image : http://frogzine.weebly.com/


Rendez-vous initialement créer par The Broke and the bookish fut repris en français par Frogzine.

Thème de la semaine : Les 10 romans à mettre dans votre valise cet été.

En tout cas, j'aimerais bien les mettre dans la mienne.







Quels sont les livres qui vous accompagneront cet été?







lundi 27 juin 2016

C'est lundi, que lisez-vous? (7) 27 juin 2016




Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspiré de It's Monday, what are you reading? by One Person's Journey Through a world of Books. Il est actuellement repris chaque semaine par Galleane.

Comme chaque semaine on répond à 3 petites questions :

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée?
2/ Que suis-je en train de lire?
3/ Que vais-je compte lire ensuite?


1/ Ce que j'ai lu la semaine passée?


 

 

 


  2/ Que suis-je en train de lire?



 



3/ Que vais-je lire ensuite?


 

 




 Et vous quel est votre bilan?








vendredi 24 juin 2016

La cité des ténèbres, tome 3 : Le miroir mortel de Cassandra Clare




Éditeur : Pocket Jeunesse
Parution : 2013
Pages : 606
Prix : 19€50

Synopsis :

La lutte entre le bien et le mal se poursuit. Valentin rassemble son armée pour éradiquer la lignée des Chasseurs d'Ombres. Clary se rend dans la Cité de Verre afin de sauver sa mère et découvrir son passé. S'introduire dans la Cité sans l'autorisation de l'Enclave n'est pas sans danger...

Au cours de sa quête, Clary rencontre Sébastien, un garçon énigmatique. Avec lui, elle comprend que le seul moyen d'arrêter la fureur de Valentin et de former une alliance entre Chasseurs d'Ombres et Créatures Obscures. Comment conclure une telle union? Clary saura-t-elle maîtriser ses nouveaux pouvoirs à temps pour cet ultime affrontement?

Mon avis :

Comme pour les deux tomes précédents, j'ai eu un souci avec les 150/180 premières pages. A chaque fois, j'ai du mal à me replonger dans l'univers. Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve ça long à se remettre en place à chaque fois et il ne se passe pas non plus plein de choses. Heureusement, une fois passée ce cap, je retrouve mon addiction pour cette histoire.

Dans ce tome, tout s'accélère. Valentin est fin prêt à anéantir toute les espèces vivantes qui ne lui auront pas jurer allégeance.
Nos héros vont donc avoir du pain sur la planche pour convaincre tout ce beau monde qu'ils sont capables de gagner à condition de faire les bons choix. Mais les feront-ils?
Je vais éviter d'en raconter trop sur ce tome, pour ceux et celles qui n'auraient pas encore commencer la saga.

Ici, Clary est plus têtue et déterminée que jamais. Le problème c'est qu'elle ne réfléchie pas toujours avant d'agir et va au devant de gros ennuis. Heureusement, elle pourra compter sur Luke pour tenter de se sortir de ce pétrin. Clary prend de plus en plus confiance en elle, elle tente de comprendre et maîtriser ses pouvoirs. Sa rencontre avec Sébastien lui fera entrevoir qu'une autre issue est possible, mais elle devra être convaincante pour battre définitivement son Valentin. Elle grandit, devient plus mature, même si elle commet encore des erreurs. J'ai hâte de connaître son évolution dans les tomes à venir, je sens qu'elle ne s'est pas totalement dévoilée à nous et qu'elle nous réserve encore bien des surprises, qui je l'espère, seront bonnes.

Jace, m'a quelque peu tapé sur les nerfs dans ce tome-ci. Son côté meurtri et torturé qui m'avait tant plu auparavant prend une dimension beaucoup plus conséquente... à la limite de l'agacement.
D'abord, il se comporte comme un abruti envers Clary et ensuite il joue un peu trop sur le côté je suis maudit, il faut que je stoppe Valentin quitte à me sacrifier, etc, etc... J'aime les héros torturés, mais là c'est trop pour moi et au bout d'un moment j'ai eu envie de le frapper. Ok, les révélations qu'on lui a faites l'ont ébranlé, je peux comprendre, mais à un moment donné il faut savoir se ressaisir. Il passe plus de temps à s'apitoyer sur son sort qu'à essayer de faire la différence. La vie n'est pas un long fleuve tranquille et si on devait baisser les bras à chaque fois, on irait pas bien loin.Néanmoins, il reste l'un des meilleurs Chasseurs d'Ombres de sa génération et son aide pourra être déterminante. Vu la fin, je me dis que normalement, ce sera un plaisir de le retrouver dans la suite de leurs aventures. Je ne demande qu'à voir.

Pour une fois, Simon m'a paru moins insupportable. Je n'irai pas jusqu'à dire que je l'apprécie car, ce serait faux. Il m'a cependant beaucoup moins taper sur les nerfs. Il grandit et mûrit également, même si il a un don pour se foutre dans un sacré merdier lui aussi (pas étonnant que Clary et lui soient amis, ce sont les mêmes).
Pour une fois, il va laisser ses sentiments/ressentiments de côté et aider du mieux qu'il le pourra. J'espère que l'auteure le rendra de plus en plus "agréable" au fil des tomes restants car, j'ai vraiment un souci avec sa personnalité (de manière générale).

On retrouve ou découvre également les Lightwood, Luke,  Sébastien, Magnus (qui me fera toujours autant rire), Amatis, Jocelyne, Aline,....  et bien d'autres personnages tout au long de ce tome.

La plume de l'auteure est de plus en plus fluide, addictive (sauf pour les 150/180 premières pages). L'univers et les personnages qu'elle a crée sont complexes, complets, intéressants et originaux.
Je n'ai rien lu de semblable et je suis curieuse de voir ce qu'elle nous réserve pour les prochains tomes vu qu'apparemment au début il n'y avait que 3 tomes. Hâte de savoir sur quels éléments elle rebondira pour nous transporter à nouveau dans le monde qu'elle a imaginé.
L'intrigue de ce troisième tome est bien menée, pleine de rebondissements, d'actions, de nouvelles révélations qui nous font vivre au même rythme effréné que nos héros. Certaines actions m'ont brisé le cœur, heureusement que Magnus est là pour compenser et nous apporter un peu de légèreté. Ce tome est plus sombre que les précédents, les ténèbres prennent de l'ampleur et tente de tout dévaster sur leur passage. J'ai douté et eu très peur de connaître l'issue finale.
J'ai l'impression que mon avis est un peu brouillon et je m'en excuse. Avec Steph nous avons fait une LC sur ce tome, mais avec une pause assez conséquente. De ce fait, j'ai du mal à me souvenir de tout et à être claire.

En résumé, une très bonne lecture qui aurait pu être excellente, si certains personnages ne m'avaient pas autant exaspérée. Une intrigue qui nous plonge au cœur des ténèbres et qui nous fait douter de l'issue du combat final. De nouvelles révélations, de l'action, des rebondissements et des événements que je n'ai pas vu venir pimenteront ce troisième tome. Une fin qui aurait pu se suffire à elle-même, mais vu qu'il existe une suite, je la lirai par curiosité. Je veux savoir où Cassandra Clare veut nous conduire.





Extraits :

"- Je dois être meilleur acteur que je ne le pensais, reprit-il avec un sourire narquois, qui fit enrager Clary.
Comment osait-il se moquer d'elle? Elle tendit la main vers la corbeille de fruits puis se ravisa brusquement, écarta la chaise d'un coup de pied et se jeta sur lui, sachant que c'était la dernière chose à laquelle il s'attendrait.
La violence et la soudaineté de son geste le prirent de court; il recula et cogna contre le comptoir de la cuisine tandis qu'elle s’affalait à moitié sur lui en tendant les bras à l'aveuglette, sans même savoir ce qu'elle ferait ensuite..."

"Un flot d'images défila devant les yeux de Clary. Elle serrait toujours la pierre de rune dans sa main, mais celle-ci ne brillait plus. Elle fut brusquement transportée dans un rêve éveillé où les souvenirs affluaient sous la forme de fragments d'images, de couleurs, de sons.
Elle se trouvait au centre d'une cave propre et nue; une grande rune avait été tracé en hâte sur le sol. Debout à côté du symbole, un homme tenait un livre ouvert dans une main et une torche dans l'autre. Quand il leva la tête, Clary reconnut Valentin."

" "Ce garçon est la douceur incarnée", observa Isabelle avec une pointe d'agacement. D'abord, elle s'était laissé charmer par son physique avantageux, ses pommettes saillantes et ses yeux noirs, impénétrables, mais à présent, sa personnalité affable et compatissante lui tapait sur les nerfs. Elle n'aimait pas les garçons qui ne se mettaient jamais en colère. Dans l'esprit d'Isabelle, la rage était synonyme de passion, donc d'un bon moment."



mercredi 22 juin 2016

Top Ten Tuesday du 21 juin 2016



source de l'image : http://frogzine.weebly.com/


Ce rendez-vous initialement créer par The Broke and the bookish fut repris en français par Frogzine.

Thème de la semaine : Les 10 livres où il y a des scènes de sexe régulièrement. 

Je n'en ai trouvé que 8 pour cette semaine^^