samedi 27 février 2016

Le ranch des McCoy, tome 1 : Le coeur d'un Cowboy de Sable Hunter






Éditeur : Juno Publishing France
Parution : 21 janvier 2016
Pages : 188 (sur ma liseuse)
Prix : 4€99

Synopsis :

Aron McCoy a renoncé aux femmes-sauf pour le sexe. Lorsque Libby Fontaine arrive au Ranch Tebow d'Aron, elle est déterminée à caser une vie entière en quelques mois. Le médecin lui a dit qu'elle ne peut pas compter que sa rémission de leucémie soit permanente.

L'attraction qu'ils éprouvent l'un envers l'autre est instantanée et écrasante. Mais quand Aron découvre que Libby est "innocente"-il fait marche arrière. Il n'a rien à offrir à une jeune femme qui mérite de la dentelle blanche et des promesses. Puis, Aron surprend Libby en train de se donner du plaisir dans son réservoir de stockage et l'entend crier son nom-alors il craque.

Mon avis :

Merci à Juno Publishing France pour ce service presse.

Dans ce premier tome, nous allons suivre Libby. C'est une jeune femme qui n'a vraiment pas eu de chance dans sa vie. Pendant que toutes les adolescentes ou jeunes femmes de son âge étudiaient, sortaient entre amis, sortaient avec des garçons, avaient leurs premières relations sexuelles...elle, elle avait droit à des traitements médicamenteux, des séances de chimiothérapie, des séjours à l'hôpital... Un beau jour, après d'énièmes examens médicaux, son médecin lui annonce qu'elle est en rémission mais que celle-ci sera certainement de courte durée. Il lui conseille de quitter l'hôpital et de profiter de sa vie du mieux qu'elle peut. Pendant ces années de maladie, Libby adorait lire des romans érotiques et c'est d'ailleurs ces seules connaissances en la matière.
Bien décidée à mettre à profit ces quelques mois dont elle dispose, elle décide de remplacer la meilleure amie de sa mère au ranch. Son boulot consiste à prendre soin de la famille McCoy, qui a elle aussi eu son lot de malheur. Elle connaît deux des hommes de cette fratrie : Jacob, qui s'occupe de collecter des fonds pour l'association familiale et qui connaît la situation privé de la jeune femme et Aron, dont elle est amoureuse depuis l'époque du lycée.
Comment la fratrie accueillera-t-elle en son sein cette "étrangère"? Comment va se dérouler la vie de la jeune femme au ranch? Va-t-elle pouvoir faire tout ce dont elle rêve de découvrir? Va-t-elle connaître une relation amoureuse voir sexuelle? Va-t-elle connaître le bonheur? De combien de temps dispose-t-elle vraiment?

Libby est une jeune femme touchante, c'est une battante qui aime la romancé érotique. Lorsqu'elle apprend sa rémission elle est certes soulagée mais aussi très pressée de découvrir ce que le monde propose. Elle décide de mettre à bien ce temps si précieux et de vivre le plus d'expériences possibles comme faire du cheval, faire un saut en parachute, ou séduire un homme...
Son histoire m'a ému, je suis admirative de sa volonté de profiter de tout pleinement. A sa place, je ne suis pas certaine que j'aurais autant de volonté qu'elle.
Aron est un jeune homme brisé. La vie lui a enlevé ses parents du jour et au lendemain. Il a du prendre les rennes du ranch, de la fondation mais surtout de toute sa fratrie. Pendant quatre années, il a été marié à une femme. Celle-ci était bien plus occupée à dépenser leur argent et a tenter de séduire ses frères qu'à se comporter comme une épouse un tant soit peu respectable. Elle ne se souciait guère du besoin de soutien dont il avait besoin. Depuis son divorce, il s'est promis de ne plus laisser entrer aucun femme dans sa vie, mais seulement dans son lit.
Son personne est touchant, maladroit, têtu mais aussi irrésistible et attendrissant. Il fait preuve d'un réel dévouement envers les siens et le ranch. Il prend soin de tout le monde, mais qui prend soin de lui? Comment réagira-t-il à la venue de Libby sur son territoire? Comment affluera-t-elle sur son quotidien? A-t-il vraiment banni à tout jamais l'amour dans sa vie? 

Sable Hunter est une auteure à l'écriture émouvante, fluide et prenante. Ce qu'elle nous raconte ici m'a profondément touché. Nos héros ont traversés des périodes difficiles et sombres où l'espoir et le bonheur semblait lointain. 
Je n'aime pas les romances où tout va trop vite, les romances où il n'y a rien d'autre que le sexe dans les scènes de sexe (pas sur que ce soit clair dis comme ça), ni les romances BDSM.
Ici, tout va vite et pourtant... J'ai adoré cette histoire qui m'a mise les larmes aux yeux par moment. Tout s'enchaîne à une vitesse fulgurante, mais cela se justifie par le fait que Libby n'a que quelques mois devant elle. De ce fait, je n'ai pas été gêner pendant ma lecture. Je conçois tout à fait qu'elle veuille profiter à fond de la vie et de ses possibilités. L'auteure nous narre cette romance d'une telle manière qu'on ne peut que faire preuve de compréhension et compassion. Elle a réussi à me convaincre et je me suis très fortement attachée aux personnages, pas seulement à Aron et Libby mais aussi à la fratrie McCoy dont il me tarde de découvrir leurs histoires. Les scènes de sexe sont incroyablement chaudes et certaines sont très surprenantes. L'auteure à soit expérimentée de sacrées choses ou bien, elle a une imagination hors du commun dans ce domaine.
Cette romance sort des sentiers battus, en nous proposant non pas un homme d'affaire important, riche et beau à se damner mais un cowboy très attaché à sa famille, un ranch, pas de jet privé ni de hors bord mais des chevaux, pas d'univers BDSM, pas de choses malsaines, juste la rencontre entre deux êtres que la vie n'a pas épargné qui apprennent à se découvrir...

En résumé, une très bonne romance addictive et émouvante. Des personnages au passé compliqué mais terriblement attachants. Une histoire qui fait réfléchir et relativiser sur nos problèmes quotidiens. Une lecture qui m'a fait passé un merveilleux moment et que je vous recommande.






Extraits :

"Tout le monde connaissait les McCoy, et savait ce que la famille possédait. Les femmes avaient tendance à vouloir sécuriser leur avenir, et Aron McCoy exsudait la sécurité tout autour de lui. Mais il était déterminé à rester libre comme l'air. Bon sang, avant peu, il en viendrait probablement à utiliser le jouet sexuel ressemblant à un vagin qu'Isaac lui avait acheté pour plaisanter. Merde, non! Le jour où il mettrait son sexe affamé dans ce truc en plastique froid serait le jour où il serait temps d'aller trouver une prostituée."

"Libby se pencha vers lui, sa poitrine touchant presque la sienne-presque. Elle sentit ses mamelons se gonfler en signe de bienvenue. C'était comme s'il y avait eu une attraction irrésistible et gravitationnelle entre son corps et le sien. Timidement, elle leva les yeux vers lui. Les siens étaient d'une couleur bleue foncé comme des lapis-lazulis. Si elle avait été plus expérimentée sur les hommes, elle aurait pu croire que c'était du désir qu'elle apercevait dans ses yeux. Impossible. C'était Aron. Et elle était simplement...Libby."

"Aron dut se mordre la lèvre pour s'empêcher de crier lorsqu'elle prit sa poitrine en coupe et commença à caresser les globes tendres. Fasciné, il la regarda se pincer et malmener ses merveilleuses petites montagnes de chair féminine. Lorsqu'elle commença à tirer sur ses mamelons, les étirant et les pressant entre ses doigts, les hanches d'Aron tressautèrent, suppliant d'être autorisées à se joindre à la fête. Ce n'était pas seulement des petis attouchements ici et là, Libby semblait savourer l'attention qu'elle portait ses seins."



samedi 20 février 2016

L'île de l'oubli de Melissa De La Cruz




Éditeur : Hachette - Romans
Parution : juillet 2015
Pages : 303
Prix : 15€90

Synopsis :

Il y a 20 ans, les Méchants ont été bannis du royaume d'Auradon et emprisonnés sur l'Île de l'Oubli, un lieu sombre et morne protégé par un champ de force. Privés de leurs pouvoirs magiques, les Méchants et leurs descendants vivent désormais dans l'isolement le plus total.
Cependant, au cœur de la Forêt Interdite, se cache l’œil du Dragon, la clé des véritables ténèbres, et de leur liberté. Seul le plus perfide, le plus sournois, le plus machiavélique pourra s'en emparer.
Une quête pleine de dangers puisque le pire risque d'arriver : même les Descendants peuvent faire preuve d'un peu de gentillesse! Et contrairement à ce qu'ils pensaient, ça ne fait pas de mal.

Les mauvaises graines donnent-elles toujours de mauvais fruits?

Mon avis :

Comment dire? Il s'agit d'une réécriture de contes concernant cette fois les grands Méchants et surtout leurs descendance. Il ne m'en a pas fallu plus pour acheter ce roman.

Dans cette histoire, nous retrouvons Jafar et l'insupportable Iago, Maléfique, la méchante Reine de Blanche-Neige, Gaston, Cruella, etc... 
Cela fait vingt longues années que les Gentils les ont condamnés à l'exil sur cette île. Privés de leurs magie, ils n’en restent pas moins avide de pouvoir. Depuis les fins des contes telles qu'on les connaît, nos grands Méchants ont changés. L'endroit où ils vivent est sombre et répugnant à souhait. Pendant que les rois, les reines et leurs entourages profitent des merveilles de la nature et ne lésine pas sur la nourriture, les habitants de l'île de l'oublie doivent se contenter de leurs restes. Leurs vies sont un véritable calvaire et grâce à leurs enfants, ils comptent bien retrouver leur situation d’antan.

Nous allons suivre quatre de ces descendants tout au long de cette histoire. Tout d'abord, Carlos, le fils de Cruella. C'est la tête et le petit génie du groupe. Grâce à l'une de ses inventions, leurs destinées est sur le point de changer à jamais. C'est le plus "gentil" de tous. Sa mère n'a aucun égard pour lui et le traite tel un esclave, la seule chose qui a de l'importance à ses yeux et qu'elle aime plus que tout sont ces fourrures. Je me suis beaucoup attaché à ce jeune garçon dont la vie n'est pas simple. Il trime et fait de son mieux mais ce n'est jamais suffisant. Tout le monde se sert de lui et j'ai eu bien de la peine pour Carlos. Malgré son côté quelque peu trouillard, il n'hésitera pas à aider ses "meilleurs ennemis" dans leur quête.
Le second garçon se nomme Jay et il n'est autre que le fils de Jafar. C'est un menteur et voleur qui excelle dans l'art de la manipulation. Il est têtu, séducteur et a beaucoup d'humour. Son histoire personnelle m'a laissé quelque peu indifférente, je n'ai pas vraiment réussi à m’identifier ou m'accroché à lui. A certaines reprises il m'a même énervé. Cependant, au fil des pages il devient moins insupportable.
Viens ensuite Evie, la fille de la Méchante Reine. Sa mère a perdu son éternelle beauté au fil des ans et la seule chose qui lui importe maintenant, est de reporter son obsession sur Evie. Pour une raison que je vous laisserais découvrir par vous même, Evie a passé 10 années reclue dans le château délabré qu'elle occupe avec sa mère. A 16 ans, la voila qui découvre enfin le lycée, les garçons, les soirées, l'aventure, les faux semblants, etc... Sa naïveté et son courage m'ont touchés. Elle accorde bien moins d'importance à la beauté physique que sa mère, chez elle, cela ne vire pas à l'obsession. Elle est de nature relativement calme, téméraire et ne se laisse pas démonter facilement même si sa naïveté lui jouera quelques mauvais tours.
Pour finir, il y a Mal, la fille de la terrible Maléfique qui n'a pas hésité à plonger tout un royaume dans un sommeil profond de cent ans, tout ça parce qu'elle était vexée de ne pas recevoir d'invitation. Ce qu'elle souhaite de sa fille : qu'elle devienne la plus machiavélique de toute et qu'elle soit enfin digne de porter son nom.
L'adolescente est perpétuellement rabaissée par sa mère et n'hésitera pas à se mettre en danger pour tenter de faire la fierté de celle-ci. Elle est de tempérament coriace, rancunière et se donne des allures de méchante au cœur de pierre. Mais l'est-elle vraiment? Elle est en quête de reconnaissance et est considérée comme une moins que rien. Cette partie là précise de sa vie m'a touché car ça ne doit pas être simple tous les jours de voir la déception dans les yeux de la personne qui est censé vous aimez de façon inconditionnelle. Après, son caractère peau de vache n'est pas assez exploité dans le sens où elle est censée être la plus machiavélique de toute.

Le style de l'auteure est très jeunesse, fluide et agréable. Une lecture qui fait du bien de temps à autre. J'ai apprécié le fait que Melissa De La Cruz décide de donner la parole aux Méchants les plus connus mais aussi aux familles des Gentils (même si le livre ne tourne pas autour d'eux). Elle nous offre ici, une vision bien à elle de ce qui se passe après les " Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants". L'idée de base est originale et certains aspects sont plaisants. J'ai aimé le fait que leur quête leur donne quelques complications, qu'ils soient mis face à des situations où ils devront enfin ouvrir les yeux pour arriver à leurs fins, j'ai aimé le parallèle fait entre les deux mondes, malgré le fait que là encore ce n'est pas assez exploiter. Malheureusement pour moi, cela n'a pas suffit. L'auteure aurait pu faire tellement plus avec une telle idée et je ressors déçue de la tournure des événements. Pour être honnête, nos Méchants, ne le sont plus vraiment, ils ont vieillis, ils sont affaiblis et sont devenus plutôt pitoyables. Certes, ils n'ont plus aucun pouvoir mais ont-ils vraiment besoin d'en avoir pour être de vilains, machiavéliques et faire de la vie de leurs ennemis un enfer? Au lieu de cela, ils passent leur temps à geindre sur ce qu'ils n'ont plus, à dévaloriser et rabaisser leurs descendance, et à transférer leurs différentes obsessions sur les enfants. Je m'attendais clairement à plus de noirceurs, de méchancetés et de coup bas que ce que j'ai découvert.

En résumé, une lecture sympa mais qui n'a rien d'exceptionnelle. Un roman qui sera probablement vite oublié pour ma part. Une très bonne idée de base très originale mais totalement sous développée à mon sens. Une lecture jeunesse fluide et rafraîchissante à condition de ne pas trop en attendre. Un livre que je vous conseillerais uniquement si vous souhaitez une lecture sans prise de tête et que vous n'avez plus rien à lire.





Extraits :

"Aujourd'hui, leur existence n'avais plus rien de grandiose. Nos méchants étaient devenus ordinaires et ennuyeux. Ce fut donc avec excitation, mais sans les pom-pom girls, que ces pitoyables habitants se rassemblèrent à l'occasion d'un événement inédit : l'anniversaire diabolique d'une princesse qui allait fêter ses six ans. Diabolique, certainement, mais n'oublions pas que la fête se passait à l'ombre du bouclier qui lime les griffes."

"Cruella menait Jasper et Horace à la baguette, mais Carlos était loin d'en obtenir autant de Harry et Jace. Les rejetons traînaient vaguement dans le coin parce que leurs pères l'exigeaient et qu'ils avaient peur de Cruella. Carlos les tenaient donc pour ses deuxièmes et troisièmes meilleurs amis. Il n'avait pas d'ami numéro un, mais il en connaissait suffisamment sur la question pour savoir qu'un véritable ami ne vous colle pas comme une moule à son rocher et ne vous renvoie pas bêtement votre écho."

"Jay accéléra. Il ne craignait pas les ténèbres, au contraire : il en dépendait. Le seul truc qui le dérangeait sur l'île, c'était la nuit qui vous tombe dessus comme un éléphant. Jay chopait toujours ses meilleures prises quand les mauvaises gens sont au fond de leur lit. Ses yeux de chat perçaient l'obscurité. Son environnement déglingué et rapiécé, c'était sa vie. Il se fichait de la grandeur passée des uns et des autres, y compris celle de son père."

"Jamais elle n'acceptait la défaite, encore moins quand elle était d'humeur cafardeuse, comme ce soir. Ce qu'elle pouvait être bornée, parfois. C'était dans ces moments-là que Jay se rendait compte des effets désastreux de l'éducation de sa maniaco-méchante de mère. Il ne blâmait pas son amie, après tout, qui pourrait contredire Maléfique?"




jeudi 18 février 2016

La passe-miroir tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos




Éditeur : Gallimard - Jeunesse
Parution : 6 juin 2013
Pages : 528
Prix : 18€

Synopsis :

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

Mon avis :

Dès sa sortie, ce roman a énormément fait parler de lui. Des chroniques élogieuses et de très nombreux coups de cœur continuent d'apparaître sur la blogosphère. J'ai acheté ce roman début 2015, mais l'effet de masse a fait qu'il a traîné dans ma PAL depuis. Ma copinaute de LC : La lecture de Steph m'a proposé d'enchaîner les deux tomes en début d'année 2016 et je me suis dit pourquoi pas.

Dans ce premier tome, nous allons suivre les mésaventures d'Ophélie. Ses caractéristiques particulières : c'est une Liseuse et une Passe-miroir. C'est une jeune femme au look banal, elle n'a que faire des préoccupations féminines. Ophélie possède un musée sur Anima, où elle détient des objets de l'ancien monde et les exposent. Son musée est la chose la plus importante à ses yeux. Alors que toutes les jeunes femmes de son âge sont déjà mariées et souvent mère, voila qu'elle rejette tous les époux potentiels qu'on lui propose. Artémis, l'esprit de famille qui règne sur Anima, décide de sceller les destins d'Ophélie et de Thorn en les unissant par les liens du mariage. Si la jeune femme refuse, elle se verra bannie de l'arche et déshonorera toute sa famille.

Pourquoi l'esprit de famille impose t-elle ce choix? Qui est ce Thorn? Pourquoi lui choisir un mari en provenance d'une autre arche? Quelles conséquences découleront de cette union pour chacun des partis? Pour Anima ou Artémis? Que lui réserve le Pôle? Que sera sa vie une fois là-bas loin des siens? Quelles sont les us et coutumes au Pôle?
Ceci n'est que le début de nos interrogations durant cette lecture...

Ophélie est brune aux cheveux bouclés, elle porte des lunettes et ne fait absolument aucun effort vestimentaire pour autre pour se mettre en valeur et séduire la gente masculine. Elle vit au rythme de sa passion pour son musée et des reliques de l'ancien monde. Le monde tel que l'on connaît n'existe plus, il a volé en éclats. Les Arches viennent de ces éclats de l'ancien monde.
Sur Anima, une seule et même famille vit. La jeune femme possède deux dons. Le premier consiste à passer d'un miroir à l'autre pour se déplacer. Néanmoins, elle ne peut franchir qu'une certaine distance. Etant plus jeune, Ophélie s'est retrouvée coincer entre deux miroirs. Depuis, c'est une vraie miss catastrophe. Son second don et celui qui prend le plus d'ampleur est d'être une liseuse. En touchant un objet à main nues, elle peut remonter le temps et déceler le passé de l'objet et les émotions de ses différents propriètaires.
Le jour où lui annonce son mariage imminent, toute son existence se brise en mille morceaux, ce coup-ci elle ne pourra plus fuir. Elle n'a pas la moindre idée du monde d'illusions et de complots dans lequel elle va être entraîner.
J'ai bien aimé ce personnage malgré sa naïveté excessive parfois. Son côté miss catastrophe m'a fait me sentir proche d'elle. Elle a su me toucher et me faire vivre ses péripéties au fur et à mesure avec elle. Son côté je ne dois faire confiance à personne je le sais mais je tombe quand même dans le panneau m'a quelquefois bien ennuyé. J'espère sincèrement que dans la suite elle sera plus sure d'elle et imposera ses choix.  

Thorn, l'héritier du clan des Dragons est un homme froid, distant, mystérieux, impoli, brut de décoffrage , intriguant mais aussi effrayant. La seule chose qui occupe ses pensées est son travail, la seule personne dont il se soucie vraiment est sa tante. Il contraint Ophélie à quitter bien plus tôt que prévu Anima, et l'abandonne dès leur arrivée au Pôle. Il n'a pas beaucoup d'égard pour elle et cela ne lui pose aucun souci.
J'ai eu beaucoup de mal à cerner ce personnage, dès qu'on se fait une opinion sur lui, Christelle Dabos envoie valser tout ce qu'on pensait enfin avoir compris à son sujet. Thorn m'a intrigué, énervé et je l'aurais volontiers secouer à plusieurs reprises. C'est un personnage auquel on s'attache différemment et surtout pas facilement. Il faut bien avancer dans sa lecture pour commencer à entrevoir qui il est vraiment.

En suivant les mésaventures d'Ophélie, nous rencontrerons toute une pléiade de personnages comme par exemple Roseline, la tante de Thorn, Archibald, le baron Melchior, le Chevalier, etc...
Chaque personnage se donne un genre et c'est un véritable casse-tête que d'essayer de découvrir leur véritable nature. Chacun apporte son lot d'interrogations. Que cherchent-ils? Sont-ils dignes de confiance ou faut-il les fuir?
A vous de le découvrir!

Le style de l'auteure est addictif et j'ai apprécier sa plume. Cependant, le choix de vocabulaire qu'elle emploi à certains moment m'a quelque peu dérangé. On passe d'un style d'écriture assez simple et fluide à un langage plus travaillé, soutenu qui freine notre lecture. A plusieurs reprises, j'ai du sortir le dictionnaire car je ne connaissais pas les mots. Le comble c'est que j'ai suivi un cursus scolaire littéraire et cela m'a parfois fortement déboussolé. L'auteure nous livre de très belles descriptions des lieux, seulement ma capacité à me les représenter m'a fait défaut. A la fin de ce premier tome, je n'arrive toujours à visualiser Anima, la Citacielle ou le Pôle de manière générale et ce à mon plus grand regret.
J'aime beaucoup ce concept d'ancien monde disparu et que Christelle Dabos nous présente ici même. L'auteure ne manque clairement pas d'imagination et je me demande bien où elle a pu pêcher des idées pareilles.
Elle nous délivre les informations et révélations petit à petit, au fur et à mesure des pages, juste assez pour nous tenir en haleine du premier au dernier mot. Elle nous intrigue et remet continuellement en questions toutes nos certitudes. On finit par ne plus savoir sur quel pied danser, c'est déroutant et au bout d'un moment, cela a fini par me gêner dans ma lecture.
Avec son premier roman, l'auteure nous fait voyager là où personne ne nous à jamais emmener, c'est inédit, original et bien mené. Nous avons directement enchaîné avec la lecture du second tome dont vous retrouverez très vite la chronique.

En résumé, un bon premier tome qui se révèle addictif et dont la plume est particulière. Une mythologie rondement menée, des personnages tous plus énigmatiques les uns que les autres, des illusions à la pelle, des complots, des pouvoirs à n'en plus finir... Un tome qui nous tient en haleine du début à la fin malgré un vocabulaire pas toujours simple à comprendre, une héroïne parfois trop naïve et trop de changements d'opinions sur un seul et même personnage pour le lecteur. Vous l'aurez donc compris, ce fut une lecture mitigée pour ma part. De très bons points et en même temps, d'autres qui me rendent perplexe. Je vous le recommande afin de vous faire votre propre opinion et aussi parce que même si je n'en ressors pas totalement satisfaite, l'univers vaut vraiment le détour.





Extraits :

"L'archiviste n'était pas un homme très sociable, mais chaque fois que ces yeux se posaient sur Ophélie, tels qu'ils le faisaient à cet instant, ils se mettaient à pétiller comme du cidre. Il avait toujours eu un faible pour cette petite-nièce, sans doute parce que, de toute la famille, elle était celle qui lui ressemblait le plus. Aussi désuète, aussi solitaire et aussi réservée que lui."

"Résignée? Pour être résignée, il faut accepter une situation, et pour accepter une situation, il faut comprendre le pourquoi du comment. Ophélie, elle, ne comprenait rien à rien. Quelques heures auparavant, elle ne se savait pas encore fiancée. Elle avait l'impression d'aller au-devant d'un précipice, de ne plus s'appartenir du tout. Quand elle risquait une pensée vers l'avenir, c'était l'inconnu à perte de vue. Abasourdie, incrédule, prise de vertiges, ça oui, elle l'était, comme un patient à qui l'on vient de diagnostiquer une maladie incurable. Mais elle n'était pas résignée."

"Ophélie sourcilla derrière ses lunettes. Elle, en revanche, ne comprenait pas. A quoi rimait donc ce comportement? Thorn se montrait tellement grossier qu'il la faisait passer pour un modèle de bonnes manières. Il frappa du poing le petit rectangle de verre, derrière lui, qui séparait le conducteur de son équipage. Le véhicule freina net."

"Ophélie ne fut pas bien certaine de comprendre, mais elle supposa qu'elle devait se contenter de cette explication pour l'instant. Elle trouvait déjà surréaliste que Thorn se fût donné la peine de lui répondre. Elle avait l'impression, peut-être trompeuse, qu'il ne lui était plus aussi hostile qu'auparavant. Ça ne le rendait pas forcément aimable, il se montrait toujours aussi renfrogné, mais l'atmosphère était moins crispée. Était-ce à cause de leur dernière conversation? Thorn avait-il pris en considération ce qu'elle lui avait dit?"





mardi 16 février 2016

Mon Top Ten personnel



D'habitude, je vous retrouve le mardi pour le Top Ten Tuesday de la semaine. Malheureusement, les thèmes des 16 et 23 février 2016 ne m'inspirent pas et je n'ai pas de réponse à vous fournir.

Thème du 16/02/16: Les 10 livres magazines ou webzine à suivre.
Thème du 23/02/16 : Les 10 livres dont vous avez finalement préféré son adaptation TV ou cinématographique.

Je ne lis aucun magazine ou webzine et je dans les adaptations que j'ai vu, j'ai toujours préféré les romans.

Par conséquent, pour ne pas vous laissez sans article, j'ai décidé de me créer mon propre Top Ten pour cette semaine.

Mon top de la semaine :
Les 10 sagas finies dont je possède tous les tomes et qu'il serait grand temps que je lise.

N'hésitez pas à me laisser un commentaire avec votre top!

Abandon de Meg Cabot :

 


Délirium de Lauren Oliver :

 


Les outrepasseurs de Cindy Van Wilder :

 


La saga des enchanteurs de Margaret Stohl et Kami Garcia :

 

 


Les chasseurs d'âmes d'Alyson Noël :

 

 


Les royaumes invisibles de Julie Kagawa :

 

 


Oksa Pollock de Cendrine Wolf et Anne Plichota :

 

 


Les vampires de Manhattan de Melissa De La Cruz :

 

 

 


Le journal d'un vampire de L.J Smith :

 

 

 

 


La maison de la nuit de P.C et Kristin Cast :