mercredi 15 novembre 2017

Marche à l'étoile de Hélène Montardre


Éditeur : Rageot
Parution : 13 septembre 2017
Pages : 420
Prix : 14€90

Synopsis :

A 150 années de distances, un jeune esclave enfui d'une plantation de Sud des Etats-Unis et son descendant, un Américain d'aujourd'hui, entament une traversée. Des montagnes aux vastes plaines, des marécages aux grands fleuves, Billy marche sans répit, traqué par un chasseur d'esclaves. Son but, son étoile : conquérir sa liberté. D'une petite chambre new-yorkaise aux quartiers bourgeois de Bordeaux, Jasper avance dans les pas de son ancêtre. Sa quête : comprendre qui il est.

Mon avis :

J'avais déjà repéré ce roman lors de ma visite sur le salon le Livre sur la Place à Nancy (54) et il m'avait tout de suite attiré. Malheureusement, j'avais un budget à ne pas dépasser donc même si je ne l'ai pas pris sur le moment, je l'ai gardé en mémoire.

Dans ce roman, nous allons suivre deux destins différents. Tout d'abord celui de Billy, adolescent de 15 ans, esclave et qui vit en Georgie en 1854. Et ensuite, celui de Jasper un étudiant américain, habitant à New-York de nos jours.
A l'époque de Billy, seuls les blancs peuvent avoir un avenir correct. Les noirs sont tous esclaves des blancs et vivent une misérable existence. Si ils sont très chanceux, ils travaillent mais ne sont pas battus quotidiennement. Suite à un événement difficile, Billy se voit remettre un bijou d'une très grande valeur. Son maître le considère directement comme un voleur et Billy n'aura pas d'autres choix que de fuir si il veut vivre. S'enchaîne alors un long périple pour tenter d'obtenir sa liberté, mais cette liberté a un prix. Arrivera-t-il à traverser tous les Etats-Unis et échapper au très célèbre et impitoyable chasseur d'esclave dénommé Kingsburry? Parviendra-t-il à être dans un lieu où blancs et noirs se côtoient sans posséder l'autre? Arrivera-t-il tout simplement à survivre?
De nos jours, Jasper enterre son grand-père et décide de prolonger son séjour dans la demeure de ce dernier, afin de trier ses affaires et fermer la maison. C'est alors qu'il tombe sur un cahier relatant une histoire datant de plus d'un siècle. Mais il était loin d'imaginer que cette lecture aurait des conséquences et qu'elle l'obséderait à ce point. Il décidera donc de se mettre en quête pour découvrir ses origines à n'importe quel prix et de comprendre l'enfer vécu par ses ancêtres.

Billy est un adolescent de 15 ans, il est noir et esclave, comme tous ses semblables à cette époque de l'histoire. Il n'a jamais connu ses parents, et a été élevé par une femme qu'il appelle grand-mère, même si ils n'ont aucun lien de sang. Alors que cette femme est sur le point de s'éteindre, elle respecte une promesse tenu il y a longtemps en lui révélant de terribles secrets et un bijou d'une très grande valeur. Si Billy ne comprend pas tout, il prend pourtant note de tout ceci. Quelques temps plus tard, son bijou sera découvert, il sera alors accuser de vol et devra fuir pour vivre.
Commence alors pour lui toute une épopée. Non seulement Billy va devoir trouver un moyen pour se nourrir et s'hydrater, mais en plus il devra trouver un refuge chaque fois qu'il aura besoin de se reposer, échapper à ses bourreaux et tenter tant bien que mal de réaliser son rêve. C'est un garçon plein de courage, d'espoir, il est attentif, déterminé, malin, bienveillant, travailleur, il ne se plaint jamais et est très attachant. J'ai croisé les doigts tout au long du livre pour qu'il ait sa fin heureuse.
J'ai d'ailleurs préféré suivre Billy qui m'a entraîner avec lui à travers cette immensité que représente les Etats-Unis, ses galères et ses rêves. J'ai eu l'impression de faire le voyage à ses côtés tout en découvrant les atrocités commises à cette époque.

Jasper est un jeune homme brillant qui poursuit des études supérieures. Il a une petite amie du nom de Mandy et vient tout juste de perdre son grand-père dont il était plutôt proche. Alors qu'il s'attarde dans la maison du défunt pour régler tout ce qu'il reste à faire, il tombe sur une histoire ancienne et poignante tout en découvrant qu'elle fut rédigée par l'un de ses ancêtres. Cette histoire l'obsède tellement qu'il finit par se poser des dizaines et des dizaines de questions importantes à ses yeux. Il prend conscience qu'il ne connait pas ses véritables origines et que ce qu'on leur rapporte en cours d'histoire est bien loin de décrire l'ampleur de la vérité de l'époque. Il veut donc entreprendre une quête initiatique et apprendre tout ce qu'il peut. Sa famille proche ne sait rien visiblement et sa petite amie a bien du mal à comprendre pourquoi tout cela à autant d'importance pour lui. Il se sent seul, mais ne se décourage pas. C'est un jeune homme fougueux, impatient, têtu, intelligent et quand il entreprend les choses il donne toujours le meilleur de lui-même pour atteindre son but. Je trouve courageux de poursuivre une telle quête car ça ne doit certainement pas être simple. Tout ne se déroule pas forcément toujours comme on l'espère et les réponses trouvées sont-elles à la hauteur de nos attentes.

Mandy est une jeune femme étudiante, pétillante et qui vit dans le présent. Elle est en couple depuis un petit moment déjà avec Jasper et ils projettent de partir ensemble en vacances. Quand son cher et tendre découvre ce cahier, elle ne comprend pas trop cette obsession à découvrir ses origines aussi lointaine. Pour elle, ce n'est finalement pas très important et elle préfère de loin de concentrer sur le présent et l'avenir, plutôt que de partir à la recherche de réponses qu'on obtiendra peut-être jamais. Elle est assez terre-à-terre et pourtant elle soutiendra souvent Jasper dans ses démarches, même quand elle est colère contre lui parce qu'il la délaisse pour des fantômes du passé ou qu'il change leurs plans. C'est une jeune femme agréable à vivre, gentille et compréhensive la plupart du temps. Je peux comprendre que tout cela peut parfois être blessant pour elle et fatiguant mais j'admire sa capacité à rester calme,à être pragmatique et conciliante.

Je découvre l'auteure avec ce roman malgré le fait que j'ai les deux premiers tomes de sa saga Océania dans ma PAL. J'ai adoré sa manière de nous raconter son histoire. Je m'attendais à avoir une alternance de points de vue à chaque chapitre donc j'ai été agréablement surprise de découvrir qu'il n'en était rien. Hélène Montardre a fait le choix audacieux de découper son roman en deux parties (60 et 40% sur ma liseuse). Chacun correspondant à l'un de nos personnages principaux. Je pense que ce choix fut très judicieux car, pour ma part, je me suis bien plus imprégner du récit et cela a faciliter mon immersion dans le passé de Billy. Je ne lis que très rarement des ouvrages où il est question de revenir aussi loin dans le passé, je ne suis pas spécialement fan de tout ce qui a une connotation historique et pourtant... Quand j'ai commencé ce récit, j'ai eu toutes les peines à le lâcher ne serait-ce que 30 minutes le temps de manger. L'histoire de Billy m'a obsédée comme elle l'a fait avec Jasper même si nos raisons étaient différentes.
La plume de l'auteure est travaillée mais reste facile d'accès, elle est sensible, fluide et tellement addictive. Quand j'ai compris qu'on suivrait tout d'abord Billy, j'ai eu peur qu'on ne s'ennuie un peu puisqu'il voyage seul. Mais au final, le récit reste dynamique, les éléments sont bien dosés et disséminés tout au long de l'intrigue pour qu'on ne ressente ni lenteur, ni lourdeur à certains passages.
Arrivé au changement de point de vue, il nous faut quelques pages pour nous adapter à ce nouveau contexte social. Passer de l'esclavagisme des noirs à un monde où ils sont libres et ont accès à des avenirs prometteurs est déstabilisant. Cependant, il ne faudra que 3 ou 4 pages pour s'y faire et appréhender notre lecture en adéquation avec l'époque.
Cette histoire est prenante, touchante et a sans doute nécessiter des heures et des heures de recherche pour en arriver à un tel résultat. Pour moi c'est un excellent roman qui permettra de faire prendre conscience à la jeunesse du 21ème siècle, qu'il n'y a pas si longtemps encore, les choses étaient bien différentes de ce qu'ils connaissent et souvent inimaginables. Il ne faut pas vivre dans le passé mais il ne faut pas pour autant l'occulter. Le savoir permettra je l'espère, de grandir et ne plus jamais commettre de telles atrocités.

En résumé, un livre parlant de la traite négrière qui a longuement sévit il y plus d'un siècle et de la recherche de ses origines. Comment et pourquoi les choses ont évoluées en 150 ans? A travers l'histoire de Billy, on fait un bond dans le passé et vivons les événements au côté d'un noir qui ne valait guère plus que du bétail aux yeux de son propriétaire. Du côté de Jasper, on découvre comment vit cette population à la couleur de peau différente aujourd'hui. Mais aussi l'importance de comprendre son passé pour se bâtir un avenir meilleur. Hélène Montardre nous livre un récit poignant mais qui n'a pas pour but de faire pleurer dans les chaumières. Elle nous y explique le contexte social et financier de ces deux époques de manière fluide, prenante et plaisante. Un livre que je recommande au plus grand nombre, peu importe l'âge du lecteur à partir du moment où il a au moins 12 ans.




Extraits :

"Il resta un moment avec elle, sa main dans la sienne, la tête bourdonnante de tout ce qu'il venait d'apprendre, puis il se dégagea et recula vers la porte.
À cet instant-à, il ne comprit pas que pour la vieille femme, tout était fini, et que pour lui, tout venait de commencer."

"Un jour, la lumière de l'aube trouva Billy et Betty sur une route qui longeait un bois. Toute la nuit, ils avaient avancé avec précaution. La région où ils se trouvaient était plus peuplée que celles qu'ils avaient traversées jusque-là; et il leur fallait éviter les villages et les fermes isolées. Ils avaient fini par déboucher sur cette route et décidé de la suivre, espérant avoir encore le temps de boucler l'étape suivante."

"Jasper est toujours debout derrière la baie vitrée. Il ne sent pas la raideur de ses jambes, fatiguées de rester sans bouger, ni la tension qui habite son corps. Il ne voit pas le soleil avancer dans le ciel, ni la mer changer de couleur. Il marche avec Billy, partageant ses peurs, ses souffrances et ses espoirs. Il est dans un autre monde. Un monde qui existait encore il n'y a pas si longtemps, et dont il ne sait rien."





Nos âmes plurielles, tome 3 de Samantha Bailly


Éditeur : Rageot
Parution : 2 novembre 2017
Pages : 304
Prix : 13€90

Synopsis :

Sonia est la plume, Lou le crayon.
Ensemble, elles tiennent un blog BD.
Bac en poche, elles s'installent à Paris en coloc.
Mais leurs tempéraments sont opposés et les études les éloignent de leur passion.
Quel nouveau projet pourrait sauver leur amitié?
Jusqu'où leur vocation les portera-t-elle?

Mon avis :

Ce roman fait partie de ceux que j'attendais avec une grande impatience. J'ai tellement aimé les deux premiers tomes que je ne pouvais absolument pas passer à côté de cette conclusion. Et puis, soyons honnêtes, Sonia et Lou me manquaient.

Dans ce troisième et dernier tome, nous retrouvons Sonia et Lou dans la capitale. Adieu le lycée et bonjour les études supérieures. Tout s'accélère, s'intensifie et se complique assez rapidement pour ces deux amies. Entre passion, études, obligations, amitié, blog, doutes, rêves et désillusions, elles devront redoubler d'efforts, de motivation et de confiance en soi pour aller au bout de leurs rêves sans risquer de tout perdre, y compris se perdre soi-même.

Sonia démarre ses cours plus tardivement que Lou, elle décide donc de soulager son amie des corvées ménagères pendant ce temps. Mais une fois sa rentrée effectuée, elle se rendra vite compte que tout conjuguer relève de l'exploit et espère l'aide de Lou. Malheureusement, tout ne se déroulera pas comme prévu et Sonia devra faire face à une terrible épreuve.
Ce que j'ai beaucoup aimé c'est qu'elle gagne en maturité de tome en tome. Elle sait ce qu'elle veut faire de sa vie et se donnera les moyens d'atteindre ce but. Malgré les embûches, ses doutes et ses faiblesses, elle ne s'arrêtera pas en si bon chemin, c'est une battante. Devenir adulte est un parcours difficile et il faut le temps de s'adapter à tout ce que cela implique. C'est également le moment de la remise en question de soi-même, la prise de conscience de facteurs jusque là inconnus, l'heure des décisions qui bouleverseront votre vie future et même si tout n'est pas parfait, je trouve que Sonia s'en sort plutôt pas mal. Elle commet des erreurs et en commettra tout au long de sa vie, mais elle apprend de ses dernières et c'est le plus important. C'est une jeune femme passionnée, brillante, lumineuse, déterminée, pleine d'espoir et attachante.

Lou, quant à elle, devra faire face à d'autres difficultés. Elle pensait être désormais tranquille au niveau des choix d'orientation, mais il n'en est rien et ça l'angoisse profondément. Elle se sent toujours en infériorité par rapport aux autres et ne cesse de se comparer à eux. A ce stade on appelle plus ça travailler mais s'acharner. Elle pense qu'en agissant ainsi cela l'aidera à remonter son niveau et n'hésitera pas à laisser de côté sa passion, ses amis, son bien-être et de manière plus générale, ce qui la rendait tout simplement vivante et heureuse. Un événement familial viendra une fois de plus tout compliqué et elle ne saura plus trop comment aborder l'avenir. Et si elle s'était trompée de voie?
Si c'était jusque-là une jeune femme assez discrète et renfermée, les études ne feront qu'accentuer ces traits de caractères et c'est bien dommage. Je comprend que tout cela soit très dur à vivre pour elle et sa détresse m'a touchée, mais je dois aussi reconnaître que je l'ai trouvée particulièrement injuste et parfois insupportable dans ce dernier tome. Au lieu de trouver le moyen de décompresser et de dire ce qu'elle ressent comme une adulte responsable, elle préfère tout garder pour elle jusqu'à ce que la cocotte explose et fasse des ravages autour d'elle. Elle préfère s'enliser dans ce qui ne vas pas plutôt que de se concentrer sur le positif. Elle est plus sombre, plus lunatique, plus indécise et plus en proie en doute que jamais. Elle est fragile, démoralisée et si elle continue sur cette voie, elle finira par rencontrer la dépression au bout du chemin.
Ouvrira-t-elle les yeux à temps? Acceptera-t-elle de ne pas pouvoir tout contrôler? S'est-elle réellement tromper de voie?
Son personnage gagne en complexité et en profondeur et j'ai trouvé intéressant de la suivre.

J'aime le fait que Sonia et Lou soient si différentes et pourtant complémentaires sur bien des points. Elles ont grandies et les difficultés commencent véritablement maintenant. Les choses ne se déroulent pas toujours pour le mieux, mais il faut savoir les prendre en considération et continuer d'avancer. Cela peut-être triste, déroutant, éreintant, mais la vie est loin d'être un long fleuve tranquille. Le meilleur conseil a donné à de jeunes adultes et de trouver le moyen et la force de toujours rebondir. Mais surtout de ne pas se renfermer sur soi-même car c'est souvent synonyme du début de la fin.
Encore une fois, je retrouve un peu la lycéenne que j'étais au travers de nos deux héroïnes. Elles me font prendre conscience de l'ado que j'étais et de la femme que je suis devenue. J'ai vécu beaucoup d'émotions à leur côtés, elles m'ont fait rêver et leur amitié est belle, touchante et sincère. Ce dernier tome me conforte dans l'idée qu'une telle amitié est de plus en plus rare de nos jours. C'est précieux, intense, parfois on peut faire du mal à l'autre sans s'en rendre compte, mais il faut savoir reconnaître ses torts, ses maladresses, pardonner, composer avec l'autre et aller de l'avant tout en continuant à savourer chaque moment passé ensemble. Cette dernière lecture est arrivé avec un timing plus que déroutant pour moi.

Samantha Bailly nous offre une nouvelle fois un roman sans fausse note. Les émotions sont très bien retranscrites et se propage jusqu'à nous sans difficulté. Sa plume est toujours aussi délicate, belle, prenante et fluide. Je me suis régalée avec ce dernier tome et je suis à la fois contente de connaître le dénouement et en même temps, triste de me dire qu'on est arrivé au bout de cette histoire.
J'ai vraiment aimé toutes les références actuelles disséminées par l'auteure tout au long de l'ouvrage.
Il y a d'ailleurs une scène bien précise du roman qui m'a rappelée une vidéo de l'auteure (vous pouvez la retrouver ici), c'était intéressant et on se demande sincèrement si certains traits de caractère de Sonia ne sont pas totalement inspirée d'elle-même. Samantha Bailly nous ouvre les yeux sur ce qu'on les études aujourd'hui, la pression qui peut en découler, le mal-être parfois qu'on peut ressentir dans une telle situation et que tout n'est pas tout beau tout rose dans la vie. En même temps, il y a tellement de belles choses à vivre et à rêver pour peu qu'on se donne la peine de regarder ce qui nous entoure.
Cette saga a été écrite avec sagesse, justesse et intelligence. Ce sont des livres qui resteront à jamais dans mes bibliothèques et que je relirais certainement plusieurs fois au cours de ma vie.

En résumé, un troisième tome qui conclut la trilogie avec brio. Une magnifique histoire où le lecteur ne se sent ni bafoué ni pris pour un idiot. Malgré le fait que ce soit romancé, on nous y décrit la vraie vie avec ses difficultés et ses joies. Les émotions sont tout en justesse et en finesse. La plume de Samantha Bailly m'a une fois de plus enchantée et me donne envie de partir à la découverte de ses autres univers. Une trilogie que je recommande autant aux adolescents qu'aux adultes et qui j'en suis sûre, vous fera replonger avec délice dans votre propre passé.



Extraits :

"Jamais Sonia n'aurait imaginé qu'être autonome était aussi fatiguant. Le ménage, les documents administratifs, les courses... L'internat avait des avantages dont elle n'avait pas conscience. Sa seule obligation était d'assister aux cours, de terminer ses devoirs dans les temps, de décrocher de bonnes notes. Pour le reste, elle se laissait porter par les adultes. À présent, la voici aux commandes de son existence. Une chape de responsabilités lui est tombée sur les épaules."

"Elle va au salon. Ses pieds nus épousent le douce moquette. Les Gobelins paraissent loin, tout à coup. La pression s'envole, remplacée par le cocon familial. Un superbe sapin se dresse dans un angle, drapé d'angelots, d'étoiles et de clochettes. Un sapin synthétique, car sa mère a horreur des épines qui tombent. Elle y glisse les paquets choisis à la dernière minute, à la Fnac. Un livre sur les propriétés médicinales pour sa mère. Des chocolats pour Armand, dont elle ne connaît pas bien les goûts. Des cartes Pokémon pour son petit frère."

"Sonia relit sa to-do list, un sourire de contentement vissé aux lèvres. Afin de gagner en rigueur, elle applique de nombreuses techniques d'organisation trouvés sur le web. Si elle a vite abandonné le bullet journal conseillé par la youtubeuse Bulledop les listes lui sont apparues comme la méthode la plus efficace pour son propre fonctionnement. Sur une feuille de papier, elle entremêle des tâches futiles, comme des choix de vie. Rédiger ses souhaits les fait exister un peu plus fort encore. Leur donne corps."


mardi 14 novembre 2017

Top Ten Tuesday du 14 novembre 2017


Source de l’image : http://frogzine.weebly.com



Ce rendez-vous initialement créer par The Broke and the bookish fut repris en français par Frogzine.


Thème de la semaine : Les 10 problèmes auxquels vous devez faire face en tant que lecteurs.

1- La taille de ma PAL : elle est tout simplement énorme en ce qui concerne la PAL papier et elle doit être au moins identique pour les livres numériques. Ben oui, toutes les promotions faites par les maisons d'éditions sur ce format numérique n'aide clairement pas.


2- Les fins de romans : finir un tome sur un cliffhanger de malade et ne pas avoir la suite sous la main. Soit parce que vous ne pouvez pas l'acquérir immédiatement, soit parce qu'il n'est pas encore paru. Dans tous les cas, vous allez être frustrée pendant longtemps.


3- La Wish-List : avoir une liste d'envies qui n'en finit plus de s'aggrandir. Merci les copains et copines 
de la blogo ou de Booktube.


4- Les salons :  aller sur un salon littéraire et ne plus savoir où donner de la tête. Malheureusement avec un compte en banque non extensible, il faut faire des choix et cela se révèle souvent être un véritable casse-tête pour moi.


5- Les réseaux sociaux : même si ils me permettent de me tenir informer sur l'actualité littéraire et faire de chouettes rencontres, souvent quand je commence à aller dessus, je ne me rends pas bien compte du temps que j'y passe. Et pendant ce temps là je ne lis pas, pour ensuite râler que j'ai pas eu le temps d'avancer ma lecture comme je l'aimerais.


6- Le manque de rangement : et oui, au fil des ans j'acquiert de plus en plus de livres et mes bibliothèques se remplissent tellement que ça devient compliqué de trouver une place aux derniers arrivants. En septembre et octobre 2017, j'ai dû achetée 3 nouvelles et grandes bibliothèques... qui à part une, sont également pleines. N'ayant pas de quoi pousser les murs ou en ajouter encore, il va falloir que je devienne vite une pro de Tétris.

7- L'endroit parfait pour lire : j'aime beaucoup lire sur le canapé car il se trouve dans une pièce détente où deux murs entiers contiennent mes 7 bibliothèques seulement il devient de moins en moins confortable. Du coup, au bout d'une heure de lecture je ne sais plus comment me placer pour lire et ça devient problématique car je me tortille dans tous les sens pour trouver LA bonne position (que je ne trouve jamais). Nous avons dans le but d'acheter un fauteuil spécial lecture où je serais confortablement installée, mais il me faudra attendre qu'on est déménagé (sans doute courant 2018) et le temps me paraît tellement long.


8- Le choix : avoir une PAL gigantesque à ses avantages, mais aussi ses inconvénients. Parfois, je suis incapable de me décider sur ma prochaine lecture et passe une journée entière sans lire, en attendant d'avoir cette illumination ou cette envie de choisir CE titre et pas un autre.

9- L'attente concernant certains titres : quand on attend impatiemment le nouveau livre d'un auteur ou la suite de sa série et qu'on en peux tout simplement plus. Je pense à certaines sagas pour lesquelles nous attendons le tome suivant pendant un voire deux ans. Ou qu'au final, vous apprenez qu'il n'arrivera jamais alors que vous ne lisez pas en VO. Pour moi, c'est de l'argent jeté par les fenêtres, car au final on ne connaîtra jamais le fin mot de l'histoire et c'est triste. Je déteste commencé une série sans en connaître le dénouement à un point où les sagas dont j'avais déjà quelques tomes dans ma pal et que je sais que la suite n'arrivera pas, finissent revendus sans que je m'y plonge même si elle a tout pour me plaire.

10- Le prix : pour les livres papiers, je trouve que certains éditeurs exagère clairement sur le prix de leurs ouvrages. Quand je vois qu'un livre d'une grosse Maison d'édition coûte 18€90 pour à peine 200 pages alors que des maisons plus petites vendent un livre de 350/400 pages pour le même prix, ça me désespère. De plus, si pour les petites maisons d'éditions il est souvent avantageux d'acheter un livre au format numérique (comptez souvent entre 4€99 et 8€99 contre 16 à 20€ pour le papier), ce n'est clairement pas le cas des grosses structures qui n'hésiteront nullement à vous faire payer 12 à 14€ pour la version numérique d'un roman qui, au format papier, vous coûtera moins de 5€ plus cher.
Je sais que chaque éditeur a beaucoup de frais et que l'argent restant dans ses caisses est minime par rapport à ce que le lecteur dépense, mais il y a quand même de l'abus dans ce domaine.



Et vous, chers lecteurs/ chères lectrices, quels sont vos 

problèmes?




lundi 13 novembre 2017

C'est lundi, que lisez-vous? (78) du 13 novembre 2017




Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspiré de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a world of Books. Il est actuellement repris chaque semaine par Galleane.
Comme chaque semaine on répond à 3 petites questions :

1/ Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2/ Que suis-je en train de lire ?
3/ Que vais-je lire ensuite ?

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée?



2/ Que suis-je en train de lire?



3/ Que vais-je lire ensuite?




Et vous, quel est votre bilan? Quelles sont vos

 prévisions?


dimanche 12 novembre 2017

In my mailbox (45) du 12 novembre 2017

Lien image : https://unsplash.com/collections/280175/mailboxes


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. C’est Lire ou mourir qui s’occupe de la gestion des In My Mailbox français.


Cette semaine, 7 nouveaux livres ont rejoint mes bibliothèques.

Tout d'abord 4 achats neufs :


Puis 2 SP et 1 gain concours :


Je remercie Elisa Avrain pour sa confiance et l'envoi de ces 2 tomes ainsi que la maison d'édition Le gâteau sur la cerise pour son concours d'Halloween et ce livre.


Et vous, quels livres ont rejoint votre PAL?







jeudi 9 novembre 2017

Elvira Time, saison 2 de Mathieu Guibé


Éditeur : Le chat noir
Parution : 2 avril 2017
Pages : 218
Prix : 14€90 (papier) - 4€99 (ebook)

Synopsis :

"Pour certains, le lycée c'est l'enfer. Pour moi, la situation s'est pourtant considérablement améliorée depuis que Ludwig, le savant fou prépubère, m'invente des armes sur mesure pour embrocher du vampire pendant que Belinda, sous les traits de ma prétendue avocate me permet de toucher, la prime de mes éxécutions, avant ma majorité.

Mais bien entendu, il a fallu que les politiques s'en mêlent : je n'ai certainement pas besoin d'une réorientation gouvernementale quant à l'intégration des Tolérés. Ma bienveillante croisade anti-raclures multicentenaires dans les couloirs du bahut va être bien plus hard, s'il m'est dorénavant interdit d'exploser un ou deux de ces vampires à collier.

Dénuée de la fibre patriotique, née pour zoner du mauvais côté de la légalité, d'aucuns disent que je suis à deux doigts de verser dans le crime, ce qui se traduit maintenant par verser du sang de Toléré. Il faut bien l'admettre, ces gens sont loin d'avoir tort..."

Mon avis :

Ayant adoré le premier tome, j'avais hâte de me plonger dans cette suite. Néanmoins, sachant de source sûre que le troisième tome ne suivrait pas avant un bon moment, ben je l'ai laissé traîner dans ma pal pour me rapprocher de sa sortie.

Dans ce second tome, Elvira n'est pas au bout de ses peines. Le gouvernement a décidé d'intégrer les Tolérés dans la vie quotidienne du pays. C'est ainsi que notre héroïne va devoir suivre des cours dispensés par l'un des d'entre eux et par conséquent, elle n'aura pas le droit de les exterminer. Ses affaires risquent d'être bien moins productive. Lorsqu'une lycéenne trouve la mort dans l'établissement, Elvira soupçonne encore plus sérieusement ce "nouveau" prof d'en être responsable mais certains événements ne collent pas. Et si tout cela n'était qu'un piège?

Elvira est une héroïne complètement dingue et je l'adore. J'aime l'évolution de son personnage. Même s'il elle refuserait de l'admettre, elle est bien contente d'avoir Ludwig et Belinda à ses côtés au quotidien. Par moment ils sont agaçants mais ils lui apportent tellement. 
Elvira évolue et son côté rentre-dedans est toujours bien présent. C'est une héroïne déterminée, courageuse, intelligente mais parfois irréfléchie, elle agit à l'instinct et se fourre souvent dans le pétrin, elle n'a pas sa langue dans la poche et peut être très drôle, elle est entière et à la fois mystérieuse. J'aime sa complexité et sa sincérité. Avec elle, on ne s'ennuie jamais!
Dans ce second tome, on découvre aussi une partie d'elle-même qu'elle s'évertue à dissimuler aux yeux de tous, y compris du lecteur. Comme tout le monde elle a ses faiblesses, ses peurs et ses blessures qu'elle accepte enfin de nous livrer, mais au compte-goutte. De nombreuses épreuves l'attendent et à travers celles-ci on rencontre enfin la "véritable" Miss Time. Tout est compliqué pour elle et malgré les moments de doute, elle ne cède pas et continue de se battre quoi qu'il lui en coûte. Et croyez-moi, elle a bien plus à perdre qu'on ne le penserait.

Belinda et Ludwig sont toujours fidèles à eux-mêmes. 
Si la première est gentille, bienveillante, ingénieuse, bavarde, parfois agaçante et généreuse, ici, elle nous prouve qu'elle est loin d'être seulement adorable et une suiveuse. Elle est aussi plus désinvolte et coquine qu'auparavant. Elle n'hésitera pas à prendre les décisions qui s'imposent et à s'affirmer quelque soit la situation. Elle prend les rênes et ça fait plaisir à lire.
Quant à Ludwig, il se montre de plus en plus sûr de lui. Son côté geek prend de plus en plus d'ampleur, il est passionné, intelligent, intransigeant, perspicace et dévoué mais il n'en reste pas moins mal à l'aise sur le terrain ou peu doué en psychologie féminine.
Tout deux font preuve d'une véritable amitié envers Elvira même si cette dernière ne leur rend pas toujours. Ils seront toujours là, prêts à se battre becs et ongles pour la défendre, la sortir du guêpier ou encore l'aider dans ses différentes missions. Grâce à leur courage et leur détermination, ils se pourraient bien que ce soit à leur tour de devenir les héros de demain.
Je les aime beaucoup et les joutes verbales qu'ils échangent avec Elvira sont souvent à mourir de rire. Ils sont naturels, sincères, adorables et touchants. Au final, on ne peut que les apprécier.

Jericho est un personnage très énigmatique. On sait qu'il est décédé dans son pull pour Halloween et qu'il continue à rendre visite à Elvira mais c'est à peu près tout. Il est extrêmement important pour notre héroïne mais on ne comprend pas très bien pourquoi il est toujours présent à ses côtés et ce qu'il s'est réellement passé. Néanmoins, une révélation nous ait faite à la toute fin de cette saison et le moins qu'on puisse dire est qu'elle a eu le don de me laisse sur les fesses et la bouche grande ouverte. Je ne l'avais absolument pas vu venir celle-là et je me maudis de ne pas avoir commandé la saison 3 avant de débuter ce roman. En tout cas vous pouvez être sur que je ne résisterais pas longtemps avant de craquer.

La plume de Mathieu Guibé est toujours aussi addictive, plaisante et fluide. Il joue avec les clichés pour nous offrir une série qui n'a pas son pareil et ponctue son récit de références à la pop culture. Je dois d'ailleurs dire que j'ai juste explosé de rire en voyant le titre de l'épisode de Dentiers VS Zombies (bonus figurant après le dernier chapitre d'Elvira). Sa manière de nous raconter ses histoires est totalement décalée et bien différente de ce qu'on a pour habitude de lire. Ça ne passera pas forcément avec tout le monde, mais pour ma part, j'adhère à 100%, je suis totalement fan.
Mathieu Guibé reprend le célèbre mythe du vampire traité maintes et maintes fois en littérature adulte ou jeunesse, mais le réinvente à sa sauce, ce qui donne une série à la fois déroutante, captivante et explosive. J'adore sa vision des vampires et l'univers qu'il a su créer ici. Et puis, il faut reconnaître  qu'il a mis la barre très haute avec ce quatuor de personnage principaux. Maintenant il ne me reste plus qu'à être patiente jusqu'à l'acquisition du tome 3 qui ne fera pas long feu dans ma PAL. Dès que je le reçois, je me jette littéralement dessus car cette fin... c'est juste pas possible. Je VEUX savoir!

En résumé, un second tome encore plus explosif que le premier. Une intrigue qui m'a surprise et convaincue. Des références à la pop culture et un humour décapant qui a su me charmer dès les premières lignes. Des personnages qui se découvrent davantage au lecteur et nous offre de jolis moments. De l'action, des rebondissements et des révélations qui n'ont pas fini de vous scotchez!



Extraits :

"On va profiter des caméras pour l'expliquer une bonne fois pour toutes : les humains n'explosent pas quand ils reçoivent une flèche en plein cœur, exception faire des pointes explosives - marque déposée John Rambo, entreprise de dentelle et d'ouvrages fins -, par contre les vampires oui. Quand bien même vous avez été émus par ce simili de retrouvailles, je lui ai bel et bien sauvé la vie, affirmai-je en désignant la belle au bois saignant qui comatait sur la dépouille de son père. C'était Elvira Time, chasseuse de vampires, et à vous les studios!"

"Flatté? Toi? S'était-il un jour regarder dans la glace... Bien sûr que j'allais t'imaginer me décrocher la lune pour me séduire, idiot! Mais qu'est-ce qu'il est beau quand même, avec son regard noisette mutin et sage à la fois, délicatement surligné par des sourcils parfaits. Le teint halé de sa peau me récitait les contes des mille et une nuits - que j'aurais bien passées dans son lit - et des rêves bleus sous la lune d'Agrabah : je voulais bien frotter n'importe quelle lampe pour voir son génie."

"Jericho n'avait jamais été très éloquent, mais depuis qu'il était mort, il se permettait quelques libertés orales bien plus directes que ses anciennes attaques sournoises de grand timide. J'avais pas vu le coup venir, et si je n'avais pas eu le froid, le café et l'alcool qui s'y mélangeait, j'aurais été bien à courts d'excuses vaseuses pour justifier la chaleur qu’irradiait mes pommettes. Bêtement, je portai la main à ma joue, comme pour vérifier. Le geste eut pour effet d'accentuer son sourire, victorieux une brève seconde, puis qui revint en coin, sous l'apparence de ce petit rictus compatissant qui me faisait craquer à chaque fois."





mercredi 8 novembre 2017

Le mystère du gang masqué de Ken Follett


Éditeur : R- Jeunesse
Parution : 2 novembre 2017
Pages : 112
Prix : 8€90

Synopsis :

Mick et Randy ont trouvé un passage secret menant à d'anciens studios de cinéma à l'abandon. Plateaux de tournage, vieilles caméras, costumes et accessoires : c'est le terrain de jeu rêvé pour les deux amis. Sauf qu'ils ne sont pas seuls dans le bâtiment... et qu'ils courent un réel danger!

Mon avis :

Dans ce court roman, nous faisons la connaissance de Mick et Randy, deux adolescents aux vies bien différentes et qui pourtant, vont rapidement devenir amis. Lorsque Randy révèle à Mick qu'il connaît un moyen d'entrer dans les anciens studios Kellerman, les deux garçons décident de s'y aventurer. Malheureusement cela les conduira au cœur de tous les dangers!

Mick est un adolescent qui vit seul avec sa mère. Il est scolarisé au collège et travaille en dehors des cours comme livreur de journaux. Ils vivent dans un petit appartement et n'ont pas beaucoup de revenus, mais c'est chez eux. 
Mick est courageux, déterminé, volontaire, travailleur, ingénieux et curieux. Il est également fasciné par un mystérieux gang masqué qui est une association de malfaiteurs, braqueurs de banque et insaisissables pour les forces de l'ordre.
Mick n'a pas une vie simple et aisée et pourtant il ne se plaint jamais, c'est un personnage plutôt attachant.

Randy, quant à lui, vit dans une belle maison entourée de ses deux parents. Son père est réalisateur et a récemment perdu son emploi. Si jusqu'ici leur vie était plutôt aisée, dorénavant certaines restrictions s'imposent, comme envoyer leur fils dans un collège public et lui faire prendre un petit travail à côté. C'est ainsi que nos deux protagonistes se rencontreront.
Randy est franc, débrouillard, gentil et malin, mais assez peu sûr de lui. Il est un peu plus en retrait que Mick, mais leur duo fonctionne bien.

Le seul point négatif c'est qu'on ne connaît pas l'âge précis des personnages, on possède seulement quelques informations pour situer la tranche d'âge.

Cela fait des années que j'entend parler de cet auteur sans pour autant mettre pencher sur ses écrits. En recevant ce titre, je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais. N'ayant pas lu le résumé avant lecture, j'ai plongé dans l'inconnu en me demandant bien ce que j'allais y découvrir.
Le mystère du gang masqué est une lecture intéressante et divertissante. J'ai bien aimé la complicité qui lient nos deux personnages. Leurs vies familiales et économiques ont beau être différentes, ça ne les empêchent pas de se trouver des points communs, d'être souder et d'évoluer ensemble. Ils sont mi-aventuriers mi-enquêteurs et c'était sympathique de les suivre.
Ken Follett emploi un vocabulaire simple donc accessible aux plus jeunes lecteurs. Je dirais vers 7 ou 8 ans selon le niveau de lecture de chacun. La façon dont est narrée l'histoire permet au lecteur de très vite s'immerger au cœur de l'intrigue et sans doute de s'identifier à Mick ou Randy. Même si ce livre est plus axé pour les garçons, je pense que les filles pourront également y trouver leur compte. La plume est fluide et entraînante, le récit est rythmé et on a pas le temps de s'ennuyer.
En tant qu'adulte j'aurais juste aimé que le récit soit plus complet et les personnalités plus développées.

En résumé, un livre intéressant et sympathique pour la jeunesse. Une histoire agréable, des rebondissements, des révélations, une enquête, de l'action, une amitié, des difficultés et des personnages attendrissants vous attendent. Une plume prenante qui facilitera la lecture des plus jeunes. Une idée de cadeau à glisser au pied du sapin.




Extraits :

"Il avait toute la soirée devant lui maintenant, mais l'idée d'aller au collège Radley le lendemain matin l'effrayait un peu. Il l'avait pas d'amis là-bas, bien que sa mère lui assurât qu'il s'en ferait bientôt. Il regrettait son ancienne école privée, où il faisait partie de l'équipe de foot. C'était vraiment pas marrant de changer d'établissement."

"Mick était un grand admirateur du Gang masqué : ils parvenaient chaque fois à faire tourner la police en bourrique grâce à leur audace et à leur ingéniosité. Il se demanda où ils pouvaient être en ce moment. Sans doute dans leur planque, à compter leur butin et à se féliciter de leur nouveau succès, se dit-il."

"Il ne croyait pas trop en la méthode suggérée par M. Izard : c'était bien gentil de former des comités et de faire signer des pétitions, mais ça ne ferait pas plus avancer leur cause que la photo des commères du quartier dans le journal."